Affaire Bosco Ntaganda : 922 victimes enregistrées par la Cour Pénale Internationale

1

ntaganda-bosco

Neuf cent vingt-deux victimes ont été enregistrées pour participer aux audiences de confirmation de charges dans l’affaire qui oppose le procureur de la Cour Pénale Internationale (CPI) à l’ancien chef de guerre et rebelle Bosco Ntaganda, a indiqué vendredi 24 janvier Patrick Tshibuyi, membre de l’unité de sensibilisation de la CPI en Ituri, dans la Province Orientale. 97 enfants ex soldats font partie de ces victimes. Les audiences de confirmation des charges débutent lundi 10 février prochain à La Haye.

Selon Patrick Tshibuyi, les juges de la chambre préliminaire, qui vont statuer lors de cette audience de confirmation des charges, ont reconnu à 97 enfants ex soldats et 825 autres personnes la qualité de victime et le droit de pouvoir participer aux procédures quant à l’audience de confirmation des charges.

Le procureur de la CPI accuse Bosco Ntaganda de crimes de guerre, soit le meurtre, l’attaque contre la population civile, le viol, l’esclavage s*xuel et le pillage, ainsi que de crimes contre l’humanité, soit encore le meurtre, le viol, l’esclavage s*xuel, mais aussi la persécution.

L’accusé aurait commis ces crimes en Ituri en 2002 et 2003 alors qu’il était chef d’Etat-major de la milice de l’Union des Patriotes Congolais (UPC), dont l’ex chef politique, Thomas Lubanga, qui a été reconnu coupable de crimes de guerre en juillet 2012 et condamné à purger une peine de 14 ans dans la prison de la CPI.

Au cours de sa première comparution devant la CPI mardi 26 mars, consacrée notamment à la vérification de son identité, Bosco Ntaganda avait clamé son innocence.

«J’ai été informé de ces crimes, mais je plaide non coupable», avait-il alors déclaré, avant d’être interrompu par la juge Ekaterina Trendafilova, qui lui a expliqué que l’objet de l’audience n’était pas de savoir s’il plaidait coupable ou non coupable.

Bosco Ntaganda était visé par deux mandats d’arrêt internationaux émis en 2006 et 2012. Après avoir fui la RDC pour se réfugier au Rwanda, le « Terminator », comme on le surnommait, avait demandé son transfert à la CPI pour y être jugé.

Source : Radio Okapi

 

1 COMMENT

  1. Mon Dieu! Il n’y a pas (encore) de commentaires.Je comprend: c’est pcq ce monsieur est un sujet…ruandais ou plutôt congolais.Franchement je n’en sais rien sur sa nationalité; mais peut être que quelqu’un sait un peu plus sur ce criminel de Boss Kota Nganda.Pas vrai?
    Mais bientôt son frère ou ami,que sais-je, va le rejoindre à La Haye. BONDIMELA NGA

Leave a Reply to Marie Josée Cancel reply

Please enter your comment!
Please enter your name here