Afrique du Sud : un noir chef de DA

0

Maimane

 

Mmusi Maimane, 34 ans, a été désigné chef de DA, ce dimanche, en remplacement de Helen Zille, qui a démissionné le mois dernier.

Maimane avait Wilmot James, le président du parti, comme unique adversaire. Il a été élu lors d’un congrès de DA, à Port Elizabeth.

Maimane a rapidement pris ses marques au sein de ce parti fondé en 2000, qu’il a intégré en 2009. Certains analystes le trouvent trop jeune et peu expérimenté pour faire contrepoids à l’ANC, le parti au pouvoir.

Natif du bidonville de Soweto en 1980, il a fait des études en théologie et en psychologie en Afrique du Sud et au Royaume-Uni. Il est marié à une blanche.

En sa qualité de porte-parole des parlementaires du parti, il était l’un des principaux pourfendeurs du président Jacob Zuma, accusé d’avoir rénové sa résidence privée de Nkandla aux frais des contribuables sud-africains. Une accusation que l’ANC avait démentie.

DA a longtemps combattu ce qu’il considère comme des préjugés le faisant passer pour une formation politique aux mains de blancs ayant profité de l’apartheid, l’ancien régime de ségrégation raciale en Afrique du Sud, selon l’analyste Andrew Harding de la BBC.

 

“Tirer les ficelles”

 

Le parti a fait une percée lors des élections législatives de 2014. Il se présente depuis plusieurs années comme l’alternative de l’ANC, qui gouverne l’Afrique du Sud depuis la fin de l’apartheid.

Helen Zille, ex-leader de DA, estimait que le parti avait besoin d’un leader noir, pour faire face à l’ANC, selon un correspondant de la BBC.

“Je ferai ce que me demandera le futur leader de DA, sans chercher à tirer les ficelles ou à m’immiscer dans ses prérogatives”, avait-elle dit au journal sud-africain Citizen, avant le congrès.

Un article de BBC

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here