Algérie : Bouteflika s’accroche au pouvoir en dépit d’une santé qui le relâche.

0

Bouteflika

 

Abdel Aziz Bouteflika a dans certaines mesurés, perdu le contrôle de certaines de ses facultés physiques mais il n’a sûrement pas perdu le contrôle du pouvoir en Algérie et moins encore son poste de président de la république.

C’est ce qu’on peut traduire des résultats officiels des élections présidentielles publiés le vendredi 18 avril par le ministre de l’Intérieur, Tayeb Belaïz. Le candidat Bouteflika l’a remporté dés le premier tour avec 81.53% des suffrages, son principal rival et ancien premier ministre Ali Benflis a fini en deuxième position avec 12.18% des votes.

Bien que provisoires car les votes de la diaspora n’ont pas encore été pris en compte, ces résultats permettront tout de même à Bouteflika, 77 ans, de servir un quatrième mandat à la présidence du pays le plus vaste d’Afrique.

Un état de santé encore fragile n’a pas dissuader “Boutef” de briguer un nouveau mandat. En effet, le président ne s’est pas encore remis de l’incident d’AVC (Accident Vasculaire Cébrale) d’avril 2013.

Ses capacités d’élocution et de mobilité sont considérablement réduites au point qu’il n’a même pas participé à sa propre campagne électorale et s’était déplacé à l’aide d’une chaise roulante lors du placement de son vote à l’école Bachir El Ibrahimi de la capitale Alger.

Revenant à l’élection, le taux de participation y était de 51%, une régression par rapport au plus de 70% de 2009. Elle a été émaillé de violences sporadiques avec accent grâve sur la capitale Alger. On a compté plus de 40 blessés suite á des affrontements entre agents de l’ordre et les populaces hostiles à la tenue de ces élections.

L’opposition a rejeté ces resultats : “Je ne reconnais pas le résultat…le reconnaître, c’est se rendre complice de la fraude” a objecté le principal opposant, Ali Benflis. Qualifiant en passant ces chiffres d’être “dignes de la Corée du Nord”! Selon les calculs de Benflis, il serait le vrai vainqueur avec plus de 50%.

Pas étonnant d’entendre cela de la part de l’ex premier ministre d’autant plus que depuis jeudi même, bien avant même la publication des résultats, il les contestait déjà, citant une “alliance entre la fraude, l’argent suspect et des médias vendus”

Quoi qu’il en soit, Boutef sera à la tête de l’Algérie pour les cinq prochaines années si sa santé le lui permet. Il y est déjà depuis 15 ans.

Erick Bukula

Voice Of Congo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here