Alors que Kin-bopeto tardent à produire des résultats : Gentiny Ngobila lance Métro-Kin

0

Peu après sa prise de fonction comme gouverneur de Kinshasa en 2019, Gentiny Ngobila a tout de suite lancé à grande pompe l’opération Kin- Bopeto, prétendument pour combattre l’insalubrité dans la capitale congolaise. Mais près de trois ans après, Kinshasa ressemble toujours à une gigantesque éponge gorgée de boue à chaque pluie. En outre, le relief de la ville s’est enrichi de quelques chaines de montagne d’immondices qui culminent à six mètres d’altitude le long de l’avenue Saïo, dans la commune de Kasa-Vubu. Avec des odeurs infectes qui incommodent les riverains.

Le fiasco de cette première opération n’a pas eu d’effet sur la détermination de Ngobila à encore…échouer. Entêté comme une abeille contre la vitre, l’homme a entrepris de démolir le marché central, en vue de rebâtir un « Zando » plus moderne. Mais depuis le 18 mars 2021, les gravats des pavillons démolis restent amoncelés sur  les espaces jadis occupés par des marchands.

Mais en dépit de tous ses précédents insuccès, c’est un tout nouveau projet que démarre le gouverneur Gentiny Ngobila : Le Métro-Kin. 300 Km de voie ferrée électrique pour relier les quatre coins de Kinshasa. Au regard de signe indien qui semble poursuivre cet ex-gouverneur de Mayi-Ndobe, ne peut-on pas craindre que cette initiative soit tout aussi un mort-né que celles d’avant ?

Là où Gentiny Ngobila peut se vanter c’est l’éclairage public, mais qui suit le programme non régulier de délestage. Mais il convient de préciser que l’éclairage de grandes artères se fait généralement et partout avec des lampes jaunes, contrairement au led qu’il a fait planter le long de voies à grande circulation qui présenterait l’inconvénient de gêner la visibilité des conducteurs.

Les futurs trains de Métro-Kin ne risquent-t-ils pas de se voir cloués à la gare ou de s’arrêter en pleine course, suite aux coupures intempestives du courant ? Wait and see…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here