Arrestation de Vidye Tshimanga : Est ce un remake de la saga procès “100 jours”?

0

Placé sous mandat d’arrêt provisoire, l’ex-conseiller stratégique du Chef de l’État, Vidiye Tshimanga a passé sa première nuit à Makala.

L’incriminé avait été auditionné mercredi 21 septembre par le Parquet général près la Cour d’Appel de Kinshasa-Gombe.

A l’issue de cette audition, il a été placé sous mandat d’arrêt provisoire et conduit à la prison centrale de Makala, à Kinshasa.

Cette décision judiciaire est intervenue après une audition d’au moins 7 heures du temps dans les locaux du Parquet général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe où l’ancien conseiller stratégique de Félix Tshisekedi a été entendu sur des faits constitutifs de prévention de corruption présumée après une vidéo le montrant en train de négocier des pourcentages de commission pour sa société COBAMIN avec de pseudos investisseurs dans le secteur minier.

Face à l’ampleur suscitée par cette vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux, le mêlant à une possible tentative de trafic d’influence, Vidiye Tshimanga a démissionné de son poste le 16 septembre.

Dans cette vidéo, Vidiye Tshimanga aurait exigé à de présumés investisseurs une commission de 20 % dans une société dénommée COBAMIN et ce en contrepartie, il s’engagerait à user de son influence en vue de faciliter à cette société l’obtention des licences d’exploitations minières, ainsi que sa protection.

D’après l’inculpé, ce fait relève d’un montage grossier. Il soutient qu’il avait démissionné de son poste pour affronter la vérité dans cette affaire.

Plusieurs congolais craignent que cette interpellation ne finisse selon un scenario bien connu des Congolais: de l’interpellation avec tapage médiatique à l’élargissement surprise, en passant notamment par l’embastillement, la libération provisoire pour cause de « maladie » et le procès.

D’où la question que plusieurs se posent si cette fois-ci, la Justice ira jusqu’au bout.

Est-ce qu’on va dire le droit sans interférences politiques ?

Il faut rappeler que le procès dit de “100 jours” a laissé un goût d’inachevé, comme les sont jusqu’à ce jour les maisons préfabriquées.

Bien malin qui pourrait dire qui a finalement détourné des millions de dollars du contribuable congolais des sauts de mouton, des maisons préfabriquées, des routes, des hôpitaux, etc.

Après la libération de Jammal et Vital Kamerhe, le dossier 100 jours a perdu de sa quintessence.

Certains pensent que cette situation de procès est manifestement due aux pesanteurs politiques qui ont plombé jusqu’à frelater la logique judiciaire.

Au regarde de ce qui précède, plusieurs craignent que cette inculpation de Vidye Tshimanga ressemble à la saga procès “100 jours”.

Il appartiendra donc au nouveau Procureur général près la Cour de cassation, un homme connu pour sa rigueur et sa rectitude, ainsi qu’aux magistrats nouvellement nommés par le Président Félix Tshisekedi, de prouver à travers cette
énième affaire que l’état de droit prôné par le Chef de l’État n’est pas qu’un vain mot pour plaire aux investisseurs et quelques congolais naïfs.

Il est temps de prouver au monde que la justice est indépendante.

 

Bishop Mfundu

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here