Arrestations des militants de la Lucha : L’opposant Rudy Mandio au siège de l’Onu pour demander la protection des jeunes en RDC

0

Par Erick Bukula
IMG-20160316-WA000

Le président national du Peuple au Service de la Nation(PSN), Mr Rudy Mandio, s’est rendu en début de semaine au siège des nations-unis, à New YorK, où il a saisi cet organisme international concernant la liberté d’expression et la protection des activistes de droits de l’homme et membre de l’opposition, en particulier les jeunes opposants et activistes. Cet opposant de la Diaspora entreprend cette démarche au lendemain d’une nouvelle vague d’arrestations visant des militants du mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha) à Goma et Kinshasa.
Lors d’une interview téléphonique avec un journaliste de VOC, Mr Mandio a déploré le « non respect de liberté politique et la fermeture de l’espace politique au jeune en RDC ». L’opposant accuse le régime Kabila de faire usage de la force comme instrument d’oppression contre la jeunesse, et cela, « à l’approche des échéances électorales comme jamais connu par la RDC. »

“Une vraie démocratie est toujours accompagnée d’une politique participative où toute les classe politique sont représentées, a priori la jeunesse, car elle est l’avenir d’une nation” a rappelé cet opposant congolais basé en Afrique du sud. Puis d’ajouter ” La Jeunesse, c’est l’oxygène d’un pays”.

Depuis la création et l’installation à Kinshasa de son parti politique, ce politicien est reconnu comme le plus jeune président d’un parti politique en RDC. En tant que tel, Mr Mandio se veut défenseur de sa classe politique, la jeunesse. “Tout le monde dit que la jeunesse c’est l’avenir, mais tout le monde reste conscient que l’avenir, telle qu’on peut le percevoir en RDC, n’intègre pas la jeunesse.” s’indigne-t-il. Puis de conclure ” cependant, une chose est possible: la prise en main de sa destinée par la jeunesse elle-même »

Le 15 mars dernier, près de 20 activiste de mouvement citoyen Lucha avaient été interpellé à Goma pour avoir pris part à une  marche silencieuse pour demander la libération de leur collègues Fred Bauma et Yves Makwambala, deux militants incarcérés à Kinshasa depuis un an qui ont entamé une grève de la faim dans la nuit de lundi à mardi. Les militants assurent avoir agi en toute légalité, après avoir informé les autorités de l’événement. Une version contestée par les autorités locales.

Ces arrestations font suites à une longue série d’interpellations, ces derniers mois, visant les membres du même mouvement citoyen. Il y a une dizaine de jours, six militants de la Lucha avaient été condamnés à six mois de prison pour incitation à la révolte après leur participation à la grève générale du 16 février dernier et d’autres à trois mois de prison le 11 mars. Le 24 février dernier, le tribunal de grande instance de Goma a prononcé un jugement condamnant à deux ans de prison ferme les six activistes de la Lucha Rebecca Kavugho, Ghislain Muhima, Serge Sivya, Justin Kambale, John Assyende et Mike Kamundu. A Kinshasa, c’est l’activiste Bienvenu Matumo et deux de ses collègues qui se sont fait coffrer après son dîner avec le secrétaire général de l’Onu, Ban Ki Moon en début du mois en cours.

Un article de Voice Of Congo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here