Assassinat de Mamadou Ndala: «L’hypothèse» du gouvernement n’est pas un jugement, selon Mende

4

Mende et Mamadou

«S’il vous plait, cessez de penser que si le gouvernement émet une hypothèse, c’est un jugement ou un arrêt de justice qui désigne les coupables ». Lambert Mende, porte-parole du gouvernement congolais, a ainsi répondu mardi 21 janvier aux critiques d’une partie de l’opinion congolaise sur la déclaration qu’il avait faite le 2 janvier dernier lors de l’annonce de la mort du colonel Mamadou Ndala. Il avait indiqué ce jour-là que les auteurs de l’assassinat de Mamadou Ndala seraient des rebelles ougandais des ADF. Une piste moins plausible au regard de l’évolution de l’enquête, estiment des observateurs.

Lambert Mende reconnait que le gouvernement congolais a été induit en erreur par son personnel militaire en attribuant ce forfait aux rebelles ougandais des ADF.

« Le gouvernement de la République a ét ouvertement critiqué pour avoir relayé les premiers rapports de son personnel militaire sur le terrain portant un doigt accusateur sur les rebelles ougandais des ADF dans ce forfait qui a coûté la vie à Mamadou », a affirmé Lambert Mende dans sa conférence de presse tenue à Kinshasa.

Et d’ajouter :

« Ont-ils voulu égarer le gouvernement ? L’ont-ils fait sans intention dolosive ? L’enquête seule va le déterminer  ».

Le porte-parole du gouvernement se réjouit tout de même que la justice militaire ait décidé d’aller plus loin en suivant d’autres pistes ayant abouti à l’arrestation de certains officiers des Forces armées de la RDC.

« Ce n’est pas un hasard si parmi les justiciables interpellés à Beni par la justice militaire figurent certains membres du personnel militaire qui ont été les premiers à donner l’information au gouvernement », a ajouté Lambert Mende.

Il a indiqué que l’instruction pré-juridictionnelle du dossier de l’assassinat de ce brave officier militaire devenu général à titre posthume a déjà commencé et que plusieurs officiers des FARDC dont l’aide de camp du défunt, le capitaine Moïse Banza arrêté samedi dernier à Kinshasa, sont auditionnés.

Source : Radio Okapi

4 COMMENTS

  1. Non Mr Mende le mal est déjà fait. D’aucuns vous traitent de tchaku national ça se confirme. Votre déclaration n’a pas été faite à l’issue d’un conseil des ministres. Vous savez vous même d’où est venue cette accusation. Vous avez relayé une info sans pour autant vérifier la véracité , c’est un manquement grave pour un ministre de l’information.
    A quand un vrai débat contradictoire avec quelqu’un de l’opposition comme on en voit dans des pays dits démocratiques?

    • Ce vrai debat contradictoire avec quelqu’un de l’opposition sera possible que, le jour ou il existera une vraie opposition constructive en RDC. Seul, monsieur Vital Kamerhe est considere(pour l’instant), le seul vrai opposant politique au regime actuel. Votre misanthrope et nombriliste de Tshisekedi n’a JAMAIS ete un vrai opposant. Il a toujours ete pris en charge par tous les regimes. Croyez – vous a la politique de la chaise vide?

      Ayez le courage de dire que, c’est plutot celui que vous appelez “president elu” qui, traite tous ceux qui expose son hypocrisie de tous les noms. N’est – ce pas ce meme monsieur qui avait traite, notre heros national Patrice Lumumba de crapeau? cette attitude n’est pas digne d’un homme de son age. Monsieur le ministre Mende Omalanga, est honnete car il reconnait cette mesaventure, il devait dabord verifier la veracite de l’information avant de la rendre publique. Allez – vous le cruxifier pour cela? l’enquete se poursuit et les elements qui sont entre les mains des enqueteurs prouvent qu’un travail se fait. Surtout pas de recuperation politique!

      • Je suis d’accord avec ce que tu dis Grand Muzombo,ne soyons pas emotif ou hegemonique l’enquete continue, il a parlE, il s’est portE correction, c’est tout…raisonnons un peu plus s’il nous plait!

Leave a Reply to Marie Josée Cancel reply

Please enter your comment!
Please enter your name here