Assemblée nationale : En 2019 le bureau Mabunda avait sollicité 7 millions $ pour une session extraordinaire qui avait duré 2 semaines et demi

0
Jeanine Mabunda

Selon une correspondance dont une copie est parvenue à VOC, l’ancien bureau de l’Assemblée nationale avait sollicité au gouvernement un montant de 12, 058, 322, 458 fc (soit environ 7 millions $ au taux de 1700 en viguer à l’époque) pour la session extraordinaire du 19 août au 07 septembre 2019.

Le document fait surface alors que la polémique bat son plein sur le montant de 12 millions que démande le bureau d’âge pour la ssession extraordinaire qui a débuté le 05 janvier dernier et prendra fin le 03 février.

Après la publication par voie de presse de cette correspondance, les réactions fusent de partout au sein de la classe politique et la société civile.

C’est le cas notamment du député Delly Sessanga, ce montant est simplement exhorbitant.

“Je suis pour un Etat modeste et efficace, où le train de vie des institutions est drastiquement réduit au juste nécessaire. L’assainissement des finances publiques passe aussi par la dépense : 12 millions USD c’est exorbitant pour la session ordinaire”, a-t-il déclaré dans un tweet.

Quelques heures plus tard plusieurs autres personnes ont décidé de prendre la parole.

On peut notamment retenir la réaction de Floribert Muteba, président du conseil d’administration de l’observatoire des dépenses publiques (ODEP), qui propose que la demande soit évalué par l’inspection des finances (IGF) ou par la cour des comptes avant tout décaissement.

“Moi j’ai fait appel à l’inspection générale des finances ou à la Cour des comptes pour qu’on revoit effectivement qu’elle est le coût réel d’une session extraordinaire d’un mois. Au lieu de se baser sur les mauvaises pratiques du passé. En un mois, on ne peut pas avoir des frais de fonctionnement de 8 millions USD. Il faut détailler pour voir derrière 8 millions il y a quoi, dernièrement autant il y a quoi. Ce travail peut même se faire au moment de la liquidation. Le ministère du budget avant de liquider peut demander à ses experts d’évaluer réellement la vraie dépense” a-t-il confié à la presse.

Le coordonnateur pays du réseau panafricain de lutte contre la corruption, Jimmy kande s’est aussi exprimé sur cette polémique.

“Le chiffre de 12 millions est une insulte au peuple congolais. Insulte aux fonctionnaires, aux enseignants, aux médecins, aux militaires qui du reste font un travail palpable aux yeux de tous avec une rémunération qui laisse à désirer. Nous ne pouvons pas continuer à être une République où la population très pauvre paie pour le fonctionnement des institutions. Le chiffre de douze millions est très indécent”, estime-t-il.

De son coté, le bureau d’âge jure n’avoir repris que les montants sollicités par les bureaux précedents.

“Ce que le bureau d’âge a demandé, c’est ce que l’Assemblée nationale reçoit lors de toutes à les sessions extraordinaires. C’est ce que recevait également le précédent bureau. Nous n’avons rien inventé.” a déclaré sur la radio Top Congo le rapporteur du bureau d’âge, Gael Bussa

Contactez la rédaction de Voice Of Congo : 00243 818956860

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here