Belgique – Affaire Corruption: Serge Kubla remis en liberté

1

KUBLA

Le mandat d’arrêt de Serge Kubla (MR) a été levé ce jeudi 26 février après-midi. Il a quitté la prison de Saint-Gilles peu après 16 heures. Serge Kubla a été interrogé par les enquêteurs de la Police judiciaire fédérale dans le cadre de l’affaire de corruption liée aux activités de Duferco en République démocratique du Congo. Les seules conditions à la mise en liberté de Serge Kubla sont “simplement ne pas fréquenter les personnes liées à ce dossier. C’est tout”.

Serge Kubla a été libéré ce jeudi, sur ordonnance du juge d’instruction Michel Claise. Cette remise en liberté est assortie de la condition de ne pas entrer en contact avec d’autres personnes impliquées dans le dossier qui le concerne. Le parquet fédéral confirme la bonne collaboration de Serge Kubla lors de l’interrogatoire. A la sortie de la prison, le bourgmestre de Waterloo a précisé que la collaboration avec les enquêteurs avait été “excellente” et qu’aucun autre montant que les 20 000 euros n’a été évoqué. Il a ensuite déclaré vouloir se reposer. A la question: “Resterez-vous bourgmestre de Waterloo?”, il a simplement répondu: “Vous verrez “.

Par ailleurs, Serge Kubla n’est plus représenté que par un seul avocat, Me Denis Bosquet.

 

Une détention préventive inutile?

Serge Kubla a de nouveau été entendu ce jeudi par les enquêteurs de la police judiciaire fédérale. L’ordonnance de libération avait été transmise à la prison de Saint-Gilles où Serge Kubla a passé deux nuits. “Mon client ne peut être que soulagé, il est terriblement éprouvé“, a commenté Me Denis Bosquet, l’avocat du bourgmestre de Waterloo. Sans s’avancer sur le fond du dossier, l’avocat se demande si la détention préventive de son client était bien nécessaire : “Elle doit être une exception, en cas d’absolue nécessité pour la sécurité publique. Dans le cas présent, j’ai quelques doutes.

 

Aucun aveu

 

Denis Bosquet a pris connaissance des PV des auditions de mercredi et il refuse de parler d’aveu: il dit que son client s’est expliqué sur le fonctionnement des mécanismes qu’on lui reproche. Il maintient l’implication de Duferco qui, de son côté, nie toute implication dans des faits de corruption en RDC.

Le parquet fédéral suspecte Serge Kubla d’avoir servi d’intermédiaire pour le groupe industriel Duferco, qui aurait tenté de favoriser des investissements dans le secteur du jeu et des loteries en corrompant des agents publics congolais. Serge Kubla aurait remis un acompte de 20 000 euros à l’épouse de l’ancien Premier ministre congolais Adolphe Muzito lors d’une entrevue à l’hôtel Président de Bruxelles.

 

Il ne nie pas “avoir remis une enveloppe

 

Mercredi, Chantal Ngalula, l’épouse d’Adolphe Muzito a affirmé via son avocat n’avoir jamais rencontré le libéral. Celui-ci ne nie pourtant pas “avoir remis une enveloppe” à une femme présentée comme l’épouse de l’ex-Premier ministre, a souligné ce jeudi Roland Forestini, l’autre avocat de Serge Kubla. Il ignorait toutefois le caractère frauduleux de la transaction, pensant honorer une facture. L’avocat a ajouté que son client “ne connaissait pas très bien l’ex-Premier ministre congolais“.

En attendant, Serge Kubla est toujours bourgmestre de Waterloo. L’avocat Denis Bosquet précise que rien n’interdit pour l’instant à Serge Kubla d’exercer son mandat de bourgmestre: “Il est présumé innocent. C’est une décision qu’il doit prendre lui-même, en âme et conscience. J’imagine qu’il discutera avec les personnes concernées“.

Un article de RTBF

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here