Calendrier électoral: la CENCO et l’ECC demandent au gouvernement de disponibiliser les moyens financiers et logistiques pour gagner le pari électoral

0

Contrairement à leurs récentes prises de position lors de la désignation de l’actuel Bureau de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) dirigé par Denis Kadima, la CENCO et l’ECC ont jugé le calendrier électoral publié samedi dernier par la CENI comme étant satisfaisant car il était tant réclamé.

“Ce calendrier planifie de manière pragmatique la tenue des élections locales en RDC,” a déclaré le superviseur technique de la Mission d’observation électorale CENCO-ECC ce lundi 28 novembre.

Cependant, Cyrille Ebotoko, responsable du Programme d’éducation civique et électorale à la Commission épiscopale Justice et paix, de la CENCO,  affirme que les défis à relever sèment encore les doutes quant à son respect. C’est notamment la contrainte financière mais aussi la situation sécuritaire dans certains coins du pays.

Pour ce, il demande donc au gouvernement de multiplier les efforts afin de rendre disponibles les moyens financiers et logistiques mais aussi pacifier les zones en proie à l’insécurité pour permettre à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) de gagner ce pari.

« C’est d’abord la satisfaction par ce que nous avons réclamé à cor et à cri ce calendrier et nous l’avons aujourd’hui. Ce calendrier planifie de manière un peu plus pragmatique la tenue des élections locales, par ce que les conseillers communaux seront élus le même jour que le Président de la République, le jour que les députés nationaux et les députés provinciaux. Ce qui signifie qu’après les élections du 20 décembre 2023, nous aurons déjà les conseillers communaux qui vont élire les bourgmestres et les conseillers urbains, et à leur tour les conseillers urbains vont élire les maires et les maires adjoints », dit Cyrille Ebotoko.

Il a aussi exprimé la satisfaction de sa structure par rapport à la planification de l’accréditation des observateurs :

« Pour chaque aire opérationnelle, la CENI a prévu d’accréditer non seulement les observateurs mais aussi les témoins et les journalistes. Mais on a quelques inquiétudes, d’abord de manière générale, ça nous parait un peu constipé ce calendrier par ce que si je prends seulement le délai pour l’enrôlement des électeurs, trois mois pour enrôler à travers le pays, on est un peu dubitatif sur cette question. De l’autre côté, la CENI mentionne quelques contraintes, d’abord la contrainte financière, il y aussi la question sécuritaire ».

Pour rappel, la CENI, a rendu public samedi dernier à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo, son calendrier des activités des échéances électorales de 2023. L’élection présidentielle est fixée au 20 décembre de l’année prochaine.

Malgré cela, cette institution d’appui à la démocratie avait comme en février dernier, évoqué les contraintes sécuritaires, financières politiques et logistiques.

Bishop Mfundu

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here