RDC – Convocation du dialogue : Tshisekedi joue et gagne

6

Tshisekedi-Kabila-1

Le leader de l’Udps exécute son agenda à la lettre. Constant, Etienne Tshisekedi ne tergiverse pas sur les huit points contenus dans son mémorandum adressé, en décembre 2014, au Représentant spécial de Ban Ki-moon en RDC. Point par point, le sphinx de Limeté exécute son chronogramme. Il gagne du terrain. Le président Kabila ne s’oppose plus radicalement à une médiation étrangère réclamée depuis toujours par Etienne Tshisekedi. Subtilement, l‘Udps entraine le chef de l’Etat dans le schéma tracé dans son mémo de décembre à Martin Kobler. Alors que le ciel s’éclaircit autour de la convocation du dialogue, Tshisekedi nous réserve bien d’autres surprises. Il joue et gagne.

 

Le processus qui précède la convocation du dialogue national voulu par le chef de l’Etat offre de constater que le président de l’UDPS sait ce qu’il veut et où il va aboutir. Articulé en huit points, le mémorandum qu’Etienne Tshisekedi avait adressé, en décembre 2014, à l’attention du représentant spécial du secrétaire général des Nations unies, réservant copie autant à l’Union africaine, à la Commission européenne qu’à d’autres chancelleries accidenta les accréditées en RDC, résume toute la vision par rapport au dialogue politique que’ l’Udps a toujours appelé de tous ses vœux pour désamorcer la crise postélectorale de 2011. Dans ce mémo, qui passe pour le vadémécum de l’Udps, le sphinx avait tout ficelé.

 

Tshisekedi et I’UDPS ne se rendront pas au dialogue national en moutons de panurge. Bien au contraire Ceux des collaborateurs, qui espèrent y aller pour la cueillette, devront déjà déchanter. L’intransigeant opposant sait où il met ses pieds. Lorsque le porte-parole du gouvernement déclare que le dialogue ne sera pas convoqué exclusivement pour l’UDPS, il a certes raison sur le principe. Mais, dans la Majorité, tout le monde est conscient que sans Tshisekedi et l’UDPS, le forum ne saura se démarquer du fiasco des Concertations nationales de 2013 qui, finalement, n’ont accouché que d’un gouvernement de « débauchés » politiques. ‘Sa tenue et/ou sa réussite sont liées à la présence de l’Udps. Autant dire que l’UDPS apparait comme la caution qui a manqué aux Concertations nationales et à Joseph Kabila.

 

Dans la MP, l’on est conscient de cette évidence. Aussi multiplie-t-on des contacts pour obtenir l’adhésion de Tshisekedi à cette démarche. A première vue, cela semble acquis mais, il reste encore des préalables à remplir, voire détails protocolaires pour le retour d’Etienne Tshisekedi à Kinshasa. Faut-il tout de suite dire les deux regardent dans la même direction ? Difficile de décrypter l’agenda de chacun. Pour l’instant, les deux ont convenu de cheminer vers le dialogue.

 

TSHISEKEDI POSITIONNE SES PIONS

 

Conscient de ce rôle central qui lui revient, Tshisekedi met tout son poids politique sur la balance. Evidemment, il ne le fait pas sans contrepartie politique. Le principal dividende qu’il projette n’est pas nécessairement l’accès aux institutions. Il vise plus qu’un quelconque « partage équitable et équilibré du pouvoir» à l’issue du dialogue.

 

Aux termes de son mémorandum de décembre 2014, l’on se rend aisément compte qu’il a tracé la voie de la raison en vue de la réussite du dialogue national projeté. Même si de temps en temps, les faucons de la MP rejettent tout ce qui vient de l’Opposition, à moins de l’embrigader ou de la débaucher. Plutôt que de surfer sur d’autres registres, l’UDPS pousse afin que cette inclusivité du dialogue se cristallise autour d’elle.

 

Depuis toujours, l’Udps réduit le dialogue autour d’une bipartite entre d’une part, Kabila et ses alliés, et de l’autre, Tshisekedi et les siens. Aux dernières nouvelles, il nous revient que la MP s’est presqu’alignée à cette loque. Avec un nombre réduit de 100 personnes, les délégués devraient être repartis en trois composantes : majorité, opposition et société civile. L’on pourrait surement se retrouver à nombre égal des délégués avec une société civile proche de la Majorité et une autre proche de l’Udps.

 

Dans son mémo de décembre 2014, l’Udps l’avait clairement spécifié, estimant que le dialogue était une affaire entre Kabila et Tshisekedi. Petit à petit, l’on tend vers cette évidence. La encore, Tshisekedi a glané des points.

 

L’UDPS EN POLE POSITION

De plus en plus, il apparait clairement que les discussions au niveau du dialogue national se’ jouera entre d’un coté, Kabila et sa famille politique, et de l’autre, Tshisekedi et les oppositions dans toutes ses ramifications. Présents ou absents, les opposants seront obligés de s’aligner moralement derrière « le vieux» sur qui une frange importante de l’opinion congolaise repose ses espoirs. Les leaders de la Dynamique de l’Opposition, du G7, n’ont pas été épargnés par les animateurs de l’UDPS lors du meeting de samedi 21 novembre 2015. N’est-ce pas une stratégie de I’UDPS d’en découdre seule avec la MP, ayant tiré les leçons de l’Union sacrée de l’opposition radicale et alliés (Usoral)?

 

Le refus catégorique de la Dynamique de l’opposition et le G7, qui montrent les couleurs contre le dialogue national, fait ‘affaire de l’UDPS. L’UDPS ne demande pas mieux pour bien se mouvoir. « C’est après que Tshisekedi tentera de fédérer », note un diplomate en poste à Kinshasa.

L’UDPS qui a des prétentions sur l’imperium n’aura de cadeau de la part du chef de l’Etat qui a aussi son agenda caché sur l’issue du dialogue. La bataille s’annonce rude. Ne réussira que celui qui aura la capacité de s’arrimer davantage sur les fibres sensibles de la communauté internationale, conformément à l’accord-cadre d’Addis-Abeba et les différentes résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU. Sur cette ligne, l’UDPS surfe à merveille.

 

Les correspondances, reprises en encadré, déclinent merveilleusement bien la position de l’Udps. En effet, Tshisekedi est resté constant dans sa démarche, jusqu’à obtenir l’implication de la communauté internationale dans le dialogue projeté par le chef de l’Etat. Jusqu’où ira Tshisekedi ? Difficile à prédire. Pour l’instant, il joué et gagné. Même si rien ne rassure sur son retour dans la capitale et sa participation effective au forum qu’il veut voir se tenir avant la fin de ce mois.

Un article de Le Potentiel

6 COMMENTS

  1. C’EST PLUTOT LE DOCTEUR E.TSHISEKEDI JOUE ET LES CONGOLAIS GAGNENT
    ET LE RWANDAIS CRIMINEL TUTSI jo kabila PERD ET LES CONGOLAIS GAGNENT

    • INGETA INGETA INGETA NOUS CONGOLAIS AVONS GAGNEZ MERCI B5#2 MERCI UDPS MRRCI AUSSI A TOUT LE VRAI COMBATTANTS. ESILI NANU TE KASI MATCH ESI EBANDI. NOELeeeee. NOELeeeeee INGETA

  2. Si le Congo avait des gens comme Tshisekedi au nombres de dix…. ah mbele Congo ébonga kala.
    le Sage….Nzambé azala na yo. mon souhait est que ce Monsieur puisse diriger le Congo même pour un mois… pour tracer la voie à suivre…

  3. Ya Tshitshi, toujours une longueur d’avance….. rappelez-vous de Sun City… Mbemba et Kabila aivaient joué aux petits malins…. YA TSHITSHI les avaient remis sur le droit chemin……..
    Nous avons confiance en YA TSHITSHI, il ne trahira pas comme Kizenga…..

    Tenons bon, l’UDPS vaincra!

  4. Ceux qui aspirent au fameux dialogue doivent savoir que si celui ci donnait lieu à une transition, peu importe la durée, juridiquement Kabila aurait droit de se représenter comme candidat. Ceci étant donné que les articles verrouillés seraient mis au “frigo”. Je ne suis pas juriste, mais je suis persuadé que ce raisonnement est logique.

    J’ aurais souhaité que les juristes nous fixent sur ce point.

  5. ce que Dieu a lier qui peu delier ? le president ethienne tshisekedi c’est la personne que Dieu a choisi pour amener le peuple congolais au bon port qui peu change ce que Dieu a prevu ? que le tout puissant Dieu des armees soutien le president elu etienne tshisekedi le rois soleil qui vivra vera

Leave a Reply to kapapamujedo Cancel reply

Please enter your comment!
Please enter your name here