Coup d’Etat manqué à Kinshasa: un nouveau numéro de Joseph Kabila !

1
ls ne finiront jamais de nous distraire. « Ils » ce sont ce conglomérat d’aventuriers venus du Rwanda. Ils ne finiront jamais de nous étonner. « Ils » ce sont les clowns, au pouvoir au Congo Kinshasa, qui nous gouvernent par défi. Ils ne finiront jamais de nous couvrir de honte. « Ils », ce sont ces irresponsables politiques qui nous prennent pour des cons. Interdiction de rire Selon le gouvernement de Kinshasa, en l’espace de quelques semaines, c’est-à-dire du 22 mars au 11 avril dernier, alias la ‘haute’ hiérarchie au Congo Kinshasa a échappé à deux coups d’Etat. Déjà en février 2013, vingt Congolais ont été arrêtés en Afrique du Sud pour « tentative de coup d’Etat » contre le Régime de Kinshasa. Il semble que la police sud-africaine a interpelé les « putschistes » alors qu’ils « maniaient des armes » sous couvert d’une formation de gardes spécialisés dans la lutte contre le braconnage ». Le chef des « indisciplinés » de l’Afrique du Sud s’appelle Etienne Kabila Taratibu, membre de la fratrie du feu président Mzee Laurent Désiré Kabila. Les mauvaises langues soupçonnent le régime de Jacob Zuma de livrer les opposants congolais au régime de Kinshasa. L’Afrique du Sud devrait en effet fournir le gros des troupes de la brigade d’intervention rapide dans l’Est de la RDC pour venir en aide à l’armée congolaise, en proie aux rebelles du M23. Vendredi, le 22 mars 2013, il paraît que la police congolaise, incapable de traquer les rebelles à l’est du pays, a déjoué un nouveau complot contre le raïs Joseph Kabila, avec l’arrestation de deux suspects en possession de cinq armes automatiques, un lance-roquette et des munitions de guerre. Les deux suspects, M. Kanku Mukandi, un médecin belge d’origine congolaise et M. Isidore Madimba Mongombe, un ancien policier, auraient bénéficié de ‘l’appui’ d’un député belge Jeudi 11 avril 2013, la scène se répète. Le ministre congolais de l’Intérieur, M. Mangez, a encore une fois dénoncé un nouveau complot contre le président Kabila et son Premier ministre, M. Matata Ponyo. Treize suspects, alignés en plein soleil, étaient exhibés dans la cour du ministère congolais de l’intérieur. Cette fois, l’arsenal pour « tuer » Kabila est plus modeste : une machette, quelques bouteilles vides destinées à servir de cocktails Molotov, 24 téléphones portables, quelques bouteilles de boissons gazeuses et un vieux matelas. Parmi les 13 « affreux », on retrouve le journaliste Verdict Mituntwa, un attaché de presse de l’opposant Diomi Ndongala, déjà écroué depuis lundi 8 avril 2013 à la prison centrale de Makala à Kinshasa, une femme et un avocat en fuite, Maître Ndala, proche de l’Udps de M. Etienne Tshisekedi. Ce dernier complot en date jette un doute dans les esprits de congolais. Tout Kinshasa murmure que ces prétendus « projets » d’élimination physique de Joseph Kabila seraient en réalité « fabriqués » au ministère congolais de l’intérieur dans le but de réprimer toute voix discordante à la kabilie Ouf ! Décidément, Jupiter n’est pas prêt à lâcher Joseph Kabila. Car, tous les « complots » contre Joseph sont sans effets, comme disent les chrétiens au Congo Kinshasa. Congo-Kinshasa : Ça pourrit de partout C’est une histoire digne des meilleurs romans policiers. L’évêque Jean Baptiste Ntahwa Kuderwa, ancien ministre du Budget, voulant se succéder à lui-même dans le gouvernement de Matata Ponyo se fait « escroquer » par le « prophète » des nations, Denis Lessie. Celui-Ci (Denis Lessie) – se faisant passer pour le « conseiller spirituel » du président Joseph Kabila alias la haute hiérarchie – offre ses capacités mystiques, à son bien aimé dans le Seigneur, le pasteur Jean Baptiste Ntahwa Kuderwa, pour son maintien à son poste du ministre du Budget. Pour ce faire, une jeep Humer pour une parenté du chef de l’Etat Joseph Kabila est exigée. Le ministre sortant s’exécute. Quelques jours plus tard, le « prophète » des nations Denis Lessie revient en charge pour une seconde jeep, cette fois-ci, pour la haute hiérarchie elle-même. L’ex-ministre s’exécute illico presto. Comme, il n’y a jamais deux sans trois, l’homme de Nzondo, Denis Lessie, revient sur le lieu du crime pour repartir avec un troisième véhicule, cette fois pour un autre membre de la famille présidentielle. Malgré tous ces dons à la fratrie Kabila, le nom de l’évêque Jean Baptiste Ntahwa Kuderwa ne figure pas sur la liste des membres du gouvernement Matata Ponyo. Furieux, l’évêque Jean Baptiste Ntahwa Kuderwa décide de laver les soutanes pastorales sales en public en décidant d’en faire part à un autre pasteur, chef de la maison civile du « président » Joseph Kabila. Bizarrerie: le télé-évangéliste, Denis Lessie a été présenté à la presse en fin de semaine ainsi que ses complices à la morphologie qui les fait passer pour des membres de la famille présidentielle. Tous ont été écroués. Morale de l’histoire? Comment le pasteur ministre, Jean Baptiste Ntahwa Kuderwa, un technocrate aguerri a-t-il été aussi naïf? C’est simplement bizarre! Par. Dr. Prosper Nobirabo Musafiri Lecture rat UniversityUn article de Direct.cd Lisez la version originale ici: Coup d’Etat manqué à Kinshasa: un nouveau numéro de Joseph Kabila ! | Direct.cd

325996-le-president-de-la-rdc-joseph-kabila-le-11-septembre-2011-a-kinshasa

Ils ne finiront jamais de nous distraire. « Ils » ce sont ce conglomérat d’aventuriers venus du Rwanda. Ils ne finiront jamais de nous étonner. « Ils » ce sont les clowns, au pouvoir au Congo Kinshasa, qui nous gouvernent par défi. Ils ne finiront jamais de nous couvrir de honte. « Ils », ce sont ces irresponsables politiques qui nous prennent pour des cons.

Interdiction de rire

Selon le gouvernement de Kinshasa, en l’espace de quelques semaines, c’est-à-dire du 22 mars au 11 avril dernier, alias la ‘haute’ hiérarchie au Congo Kinshasa a échappé à deux coups d’Etat.

Déjà en février 2013, vingt Congolais ont été arrêtés en Afrique du Sud pour « tentative de coup d’Etat » contre le Régime de Kinshasa. Il semble que la police sud-africaine a interpelé les « putschistes » alors qu’ils « maniaient des armes » sous couvert d’une formation de gardes spécialisés dans la lutte contre le braconnage ». Le chef des « indisciplinés » de l’Afrique du Sud s’appelle Etienne Kabila Taratibu, membre de la fratrie du feu président Mzee Laurent Désiré Kabila. Les mauvaises langues soupçonnent le régime de Jacob Zuma de livrer les opposants congolais au régime de Kinshasa. L’Afrique du Sud devrait en effet fournir le gros des troupes de la brigade d’intervention rapide dans l’Est de la RDC pour venir en aide à l’armée congolaise, en proie aux rebelles du M23.

Vendredi, le 22 mars 2013, il paraît que la police congolaise, incapable de traquer les rebelles à l’est du pays, a déjoué un nouveau complot contre le raïs Joseph Kabila, avec l’arrestation de deux suspects en possession de cinq armes automatiques, un lance-roquette et des munitions de guerre. Les deux suspects, M. Kanku Mukandi, un médecin belge d’origine congolaise et M. Isidore Madimba Mongombe, un ancien policier, auraient bénéficié de ‘l’appui’ d’un député belge.

Jeudi 11 avril 2013, la scène se répète. Le ministre congolais de l’Intérieur, M. Mangez, a encore une fois dénoncé un nouveau complot contre le président Kabila et son Premier ministre, M. Matata Ponyo. Treize suspects, alignés en plein soleil, étaient exhibés dans la cour du ministère congolais de l’intérieur. Cette fois, l’arsenal pour « tuer » Kabila est plus modeste : une machette, quelques bouteilles vides destinées à servir de cocktails Molotov, 24 téléphones portables, quelques bouteilles de boissons gazeuses et un vieux matelas. Parmi les 13 « affreux », on retrouve le journaliste Verdict Mituntwa, un attaché de presse de l’opposant Diomi Ndongala, déjà écroué depuis lundi 8 avril 2013 à la prison centrale de Makala à Kinshasa, une femme et un avocat en fuite, Maître Ndala, proche de l’Udps de M. Etienne Tshisekedi. Ce dernier complot en date jette un doute dans les esprits de congolais. Tout Kinshasa murmure que ces prétendus « projets » d’élimination physique de Joseph Kabila seraient en réalité « fabriqués » au ministère congolais de l’intérieur dans le but de réprimer toute voix discordante à la kabilie

Ouf ! Décidément, Jupiter n’est pas prêt à lâcher Joseph Kabila. Car, tous les « complots » contre Joseph sont sans effets, comme disent les chrétiens au Congo Kinshasa.

Congo-Kinshasa : Ça pourrit de partout

C’est une histoire digne des meilleurs romans policiers. L’évêque Jean Baptiste Ntahwa Kuderwa, ancien ministre du Budget, voulant se succéder à lui-même dans le gouvernement de Matata Ponyo se fait « escroquer » par le « prophète » des nations, Denis Lessie. Celui-Ci (Denis Lessie) – se faisant passer pour le « conseiller spirituel » du président Joseph Kabila alias la haute hiérarchie – offre ses capacités mystiques, à son bien aimé dans le Seigneur, le pasteur Jean Baptiste Ntahwa Kuderwa, pour son maintien à son poste du ministre du Budget.

Pour ce faire, une jeep Humer pour une parenté du chef de l’Etat Joseph Kabila est exigée. Le ministre sortant s’exécute. Quelques jours plus tard, le « prophète » des nations Denis Lessie revient en charge pour une seconde jeep, cette fois-ci, pour la haute hiérarchie elle-même. L’ex-ministre s’exécute illico presto. Comme, il n’y a jamais deux sans trois, l’homme de Nzondo, Denis Lessie, revient sur le lieu du crime pour repartir avec un troisième véhicule, cette fois pour un autre membre de la famille présidentielle. Malgré tous ces dons à la fratrie Kabila, le nom de l’évêque Jean Baptiste Ntahwa Kuderwa ne figure pas sur la liste des membres du gouvernement Matata Ponyo. Furieux, l’évêque Jean Baptiste Ntahwa Kuderwa décide de laver les soutanes pastorales sales en public en décidant d’en faire part à un autre pasteur, chef de la maison civile du « président » Joseph Kabila. Bizarrerie: le télé-évangéliste, Denis Lessie a été présenté à la presse en fin de semaine ainsi que ses complices à la morphologie qui les fait passer pour des membres de la famille présidentielle. Tous ont été écroués. Morale de l’histoire? Comment le pasteur ministre, Jean Baptiste Ntahwa Kuderwa, un technocrate aguerri a-t-il été aussi naïf? C’est simplement bizarre!

Par. Dr. Prosper Nobirabo Musafiri

Lecture rat University

Source: Direct.cd

1 COMMENT

  1. Ca sera la fête sur Kinshasa á craquer, ca sera du jamais vu au Congo mais d´autres vont se pendre comme á Nürnberg en Allemagne.

Leave a Reply to Kasongo Cancel reply

Please enter your comment!
Please enter your name here