Culture : Koko Swing n’est plus.

0

Koko Swing

Le comédien Mira Makanza, mieux connu par le sobriquet Koko Swing est décédé le dimanche 11 mai dans un hôpital de la commune de Kimbanseke à Kinshasa. L’artiste y était interné depuis quelques temps suite à une maladie qui le frappait depuis deux mois.

Koko Swing, un surnom emprunté à l’ancien Représentant spécial du Secrétaire général de l’Onu en RDC, William Lacy Swing, s’était rendu populaire pendant le mandat du diplomate américain qu’il parodiait très souvent; Koko Swing copiait avec beaucoup d’humour non seulement le post nom, l’apparence mais aussi l’accent de l’américain qui a dirigé la mission de l’ONU en RDC de 2003 à 2008.

Mira sera surpris par le succès alors qu’il n’en était qu’à sa première année à l’Institut Nationale des Arts (INA). C’était en 2006, lors des premières élections de la 3ème République. La tension était alors au comble entre les deux principaux candidats; Joseph Kabila et Jean Pierre Bemba. Des affrontements entre leurs supporters et même gardes personnelles n’étaient pas rares, le vrai Swing multipliait alors des appels à la retenue.

Bien entendue, une parodie de cette situation par le faux Swing avait rendu ce dernier très populaire parmi les kinois qui le considéraient comme un messager de la paix .

Les lyriques “Quand Koko Swing entre en jeu, personne ne peut bouger. Armée rouge, armée bleue personne ne va tirer” tiré d’une de ses nombreuses oeuvres de comédie musicale et faisant référence aux forces pro-Kabila (armée rouge) et pro-Bemba(armée bleue), étaient sur toutes les lèvres à l’époque.

Mika est fils du dramaturge Mobyem Mikanza, ce dernier était le fondateur et directeur général du Théâtre national congolais en 1969.

D’après des sources proches du défunt, les funérailles pourraient intervenir ce samedi 17 mai, très probablement à sa résidence sur l’avenue Luvua dans la commune de Kinshasa.

Erick Bukula

Voice Of Congo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here