De source gouvernementale, les leaders de «Y’en a marre» et du «Balai Citoyen» seraient soupçonnés de tentative de “déstabilisation” de la RDC

2

y'en marre

Les militants congolais, sénégalais et burkinabè arrêtés dimanche 15 mars à Kinshasa alors qu’ils participaient à une réunion d’échange sur la bonne gouvernance sont soupçonnés de tentative de “déstabilisation”, a-t-on appris de source gouvernementale.

“On a pu relâcher le diplomate [américain] et les journalistes” mais “les autres continuent à être entendus par la voie judiciaire” concernant leur “entreprise de déstabilisation” de la République démocratique du Congo, a déclaré à l’AFP ce lundi 16 mars le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende.

“On parle de préparation d’actes de violence. (…) Ils (Les Sénégalais et Burkinabè) ne sont pas venus ici pour des conférences mais pour préparer des actes d’hostilité entre des groupes de Congolais”, a ajouté M. Mende, qui a souligné que la justice déciderait s’ils devaient être jugés ou expulsés.

Samedi, des militants du mouvement sénégalais “Y’en a marre”, burkinabè “Balai citoyen” et ou encore congolais “Lutte pour le changement” (Lucha) avaient organisé une rencontre destinée à sensibiliser et mobiliser la jeunesse sur les questions de gouvernance et de démocratie.

Dimanche, les organisateurs ont tenu une conférence de presse mais une trentaine de personnes a été arrêtée par les forces de l’ordre, selon des témoins, puis conduits au siège de l’Agence nationale du renseignement (ANR), dans le nord de Kinshasa.

Trois journalistes français (AFP, RTBF, BBC), deux journalistes congolais (BBC et Antenne A), un ressortissant français qui participait à l’organisation de la rencontre et un diplomate américain avaient été arrêtés. Tous ont été libérés dans la soirée mais le sort du journaliste d’Antenne A demeurait incertain.

Parmi les militants qui restent détenus: le Congolais Fred Bauma de “Lucha”, le Burkinabè Sidro Ouedraogo de “Balai citoyen” ainsi que les Sénégalais Fadel Barro, meneur charismatique de “Y’en a marre”, Aliou Sané et le rappeur Fou malade.

Interrogé par l’AFP depuis Dakar sur l’arrestation à Kinshasa de membres de “Y’en a marre” avec d’autres activistes africains, un ministre sénégalais a simplement déclaré: “Nous sommes en train de suivre le dossier depuis hier (dimanche 15 mars), nous y travaillons”.

Le climat s’est fortement crispé à Kinshasa depuis des manifestations violentes de fin janvier qui ont fait, essentiellement dans la capitale congolaise, entre 27 et 42 morts, selon les sources. Les protestataires dénonçaient un projet de révision de la loi électorale qui aurait pu permettre au président Joseph Kabila de rester au pouvoir au-delà de la fin de son mandat, fin 2016, alors que la constitution lui interdit de se représenter.

“Y’en a marre” est un mouvement formé par des jeunes, dont des rappeurs, ayant été en pointe du combat contre un troisième mandat d’Abdoulaye Wade, qui a dirigé le Sénégal douze ans (2000-2012).

“Balai citoyen” voulait pour sa part empêcher le président Blaise Compaoré, en poste depuis 27 ans, de modifier la Constitution pour briguer un nouveau mandat. Fin octobre 2014, le chef de l’Etat a abandonné le pouvoir sous la pression de la rue.

AFP

2 COMMENTS

  1. Le congo est le pays le plus riche du monde, mais une telle soufrance auquel les congolais sont confronté c´est incroyable , au lieu de se concentré aux sujet qui préoccuppes les peuples ils passent leurs temps à ciblé les pauvres citoyens qui se battent pour l´avenir de nôtre pays. et pour revenir au sufet du jour: mende et co disent que les senégalais et Burkinabé sont soupçonnés de bla bla bla comme d´habitude. mais nous le savons tous que ces mouvement sensibilisent la jeunesse pour ne plus permettre un 3 mandats au présidents africains. où est le problème ? Mende et co en France, RFA, Angleterre et … vous ne verais jamais de telles bétises, les peuples congolais manquent même à manger voilà le vrais probleme. dans des pays que je vièns de vous citez: les animaux vivent mieux que l´ensemble des congolais.Vraiment ezali mawa na soni. Chaque chose à son temps.

  2. Le problème avec votre assertion est que Kabila n’a jamais dit qu’il va se postuler pour un troisième mandat.
    Si réellement nous voulons améliorer la situation du peuple congolais, on doit aussi assurer que l’autorité de l’ état n’est pas saboté quelque soit votre appartenance politique, sinon votre souhait de voir une RDC prospère ne restera qu’ un rêve mais jamais une réalité.
    Le Congo et congolais doivent prôner pas seulement pour le respect de la constitution mais aussi celui des institutions de l’état.

    Vous mentionnez l’Angleterre et USA, mais comprenez que dans ces pays que vous citez, les acteurs politiques et les citoyens respectent les institutions de leurs nations. Un exemple. Bush a gagné son premier mandat d’une façon quasi frauduleuse mais quand le parquet a tranché en son faveur les démocrates n’ont pas tout fait pour boycotter ou déstabiliser la nation.

    Le fait que les kabilistes ont essayé de proposer un troisième mandat n’est pas nécessairement un grand deal dans la mesure où le pays ne veut pas de cela. Sincèrement, c’est vraiment drôle quand les gens déstabilisent le pays sous prétexte que kabila veut un troisième mandat. C’est ridicule.

    Ça ne fait pas longtemps on réclamait la ténue des élections et un calendrier électoral; ce qui est fait. Maintenant on semble ne même plus vouloir du fameux calendrier électoral…

    Comment interprétons nous le positionnement du gouvernement américain? Le congolais serait devenu le peuple le plus naïf du monde s ils croient soudainement que les USA oeuvrent pour le souci du peuple congolais.

    Le congolais serait aussi dans un grand sommeil mental, s’il croit que la monusco ne veut plus accompagné les FARDC contre la traque des FDLR parce qu’elle a le souci du peuple au coeur…

    Si le congolais continue à ne pas poser les questions nécessaires, on va se retrouver avec un gouvernement illégitime installé par les mercenaires financiers américains.

    Ce que le Congo a besoin c’est des élections crédibles. Que les congolais travaillent dure pour éliminer la corruption et irrégularités pendant les élections… Mais j’ai l’impression (je peux avoir tord) que une section de notre opposition ne veulent même pas des élections.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here