Des déclarations dangereuses du Chef de l’État à Abidjan

0

Les points de presse du Président Félix Tshisekedi à l’étranger ont toujours eu des sauces assez piquantes et flirtent de fois avec des dérapages.

L’opinion se rappelle sans doute des termes tels que “Bandoki” (sorciers) à l’endroit de ses opposants alors qu’il tenait un point de presse en Belgique.

Lors de son point de presse à Abidjan après la Cop15, le Président Félix Tshisekedi a tenu un point de presse où il a fait des déclarations graves sur plusieurs sujets.

Félix Tshisekedi dit qu’il était avec des compatriotes qu’il prenait pour des frères, et avec qui il croyait partager la même vision pour développer le pays, alors que ceux-ci ne ruminaient que pour sa défaite “po ya bango esimbaki te, pona nini ya ye esimba” !

Et à nouveau, il les qualifient encore des “ndoki”.

Il parle de qui alors? s’interroge le juriste Babi Kundu.

De la coalition FFC-CACH ou de ceux d’aujourd’hui ?

Sur l’insécurité à l’Est du pays, le Président de la République indique qu’elle est aussi causée par notre propre armée, et la police alors que ces derniers combattent jour et nuit contre ses rebelles.

Et le dire à l’exterieur du pays. Quel risque prend-t-il?

Pourquoi alors il ne prend pas des décisions fortes pour que cette armée s’aligne, que les “insécurisateurs” soient arrêtés et châtiés avec sévérité ! s’indigne Babi Kundu.

Il a aussi dit que le niveau de notre enseignement reste à désirer, parce que plusieurs enseignants n’ont pas le niveau, manquent de matière !

Qui fait dire au chef de l’État de telles choses, surtout à l’extérieur du pays ?

Qui s’occupe vraiment de la communication de notre président de la république ?

Bishop Mfundu

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here