Discours de Kabila : les non-dits !

0

joseph_kabila_message_defaite_m23_congo_l

Le discours du Président Joseph Kabila, prononcé le jeudi 30 juin dernier, à Kindu, à l’occasion du 56ème anniversaire de l’indépendance de la RDC, continue à animer les conversations dans les rues de Kinshasa. Même sans l’avoir lu, chacun y va de son entendement. Mais qu’a dit exactement le Président Kabila ?

Globalement, il s’est penché sur la situation économique difficile du pays, qu’il attribue à la baisse des prix des matières premières sur le marché international, et sur le processus électoral dont la tenue d’un dialogue politique est présenté comme un préalable.

Ce que Kabila a dit

Sur ces différents sujets, le Président Kabila a donné des orientations sur la manière dont il entend conduire le pays. Pour faire face aux difficultés économiques, il évoque la mise en œuvre de 28 mesures gouvernementales portant sur la réduction du train de vie de l’Etat et la maximisation des recettes publiques. Des mesures traduites dans le correctif budgétaire 2016 fixé à quelque six milliards de dollars américains. S’agissant de la perspective du dialogue politique, option qualifiée d’irréversible, le Président Kabila encourage le Facilitateur désigné par l’Union Africaine à finaliser ses consultations, en vue de l’ouverture rapide de ce forum visant à parvenir à un consensus politique. Au sujet des élections, il a annoncé le lancement, juillet courant, des opérations d’enrôlement des électeurs en vue de l’établissement des listes électorales.

Quand les réactions abondent

La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a, dans la foulée, précisé que les opérations d’enrôlement des électeurs débuteront par la province du Nord-Ubangi, le 31 juillet prochain. Le Président de la CENI n’a pas dit combien de temps dureront ces opérations. Il n’a pas, non plus, donné un quelconque calendrier ou chronogramme des activités. Beaucoup de questions taraudent les esprits. S’agit-il de la constitution d’un nouveau fichier électoral ou de la révision du fichier de 2011, de manière à inscrire les nouveaux majeurs et les Congolais de l’étranger, tout en élaguant les morts et les doublons ? On sait déjà qu’il est faux d’affirmer que l’on puisse définitivement enlever tous les morts d’un fichier électoral ou inscrire tous les nouveaux majeurs, car chaque jour compte son lot de morts. Il en sera ainsi jusqu’au jour du vote et même après. Il est aussi absurde de croire un seul instant qu’un jour arrivera où les jeunes n’atteindront plus la majorité. Lorsque l’on analyse bien les déclarations de la CENI, on se rend compte que l’on s’oriente vers l’abandon total du fichier électoral de 2011. On peut alors se demander pour combien de temps ? Très souvent, le Président de la CENI soutient publiquement qu’il lui faudrait un minimum de 16 mois pour inscrire les jeunes majeurs et les Congolais de l’étranger sur des listes électorales. De combien de mois a-t-il besoin pour produire un nouveau fichier électoral devant comprendre environ 45 millions d’électeurs potentiels ?

Quand est-ce qu’auront finalement lieu les élections proprement dites ? Mystère.

Pendant ce temps, les politiciens de la Majorité et de l’Opposition s’affrontent dans un débat sur des thèmes comme la vacance du pouvoir au sommet de l’Etat, l’empêchement définitif ou la fin des mandats des actuels animateurs des Institutions de la République. Les arguments pour se faire valoir ne manquent pas. Le décor tel que planté suppose qu’il n’y aura ni dialogue inclusif, ni élections crédibles en RDC.

Un article de La Prospérité

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here