Dossier BUKANGA LONZO : MATATA PONYO renvoyé à la Cour Constitutionnelle pour qu’il soit jugé en audience publique

0

Le Procureur Général a renvoyé le Sénateur Augustin MATATA PONYO devant la Cour Constitutionnelle pour qu’il soit jugé en audience publique.

Il lui est reproché des faits de “détournement des deniers publics” dans le fiasco du parc agro-industriel de Bukanga Lonzo.

Il faut rappeler que le sénat avait rejeté la demande de levée des immunités  formulées par le Procureur Général près la cour constitutionnelle.

Le Procureur Général près la cour constitutionnelle avait de nouveau invité l’ancien Premier Ministre Matata Ponyo à comparaître devant la justice pour répondre sur les questions en rapport avec l’échec du projet du parc agro-industriel Bukanga Lonzo.

Selon le Procureur Général Jean Paul Mukolo, “c’est après cette audition, signe de votre collaboration avec la justice que votre demande de sortie du pays trouvera réponse favorable de notre part.”

Et de conclure: “Tout  refus de répondre aux invitations risque d’être interprété comme un refus délibéré de défier la justice de notre pays.”

Dans un communiqué daté de jeudi 12 août 2021, le  sénateur Augustin Matata Ponyo avait fait une mise au point en rapport avec son audition au Parquet Général près la Cour constitutionnelle, en date du 09 août dernier.

Accompagné de son médecin, Matata Ponyo avait dit qu’il s’est rendu le 9 août dernier au Parquet près la Cour constitutionnelle.

“Tout au long de l’audition qui a fait l’objet d’un procès-verbal contresigné par moi, Monsieur le Procureur Général a voulu m’interroger sur le dossier du Parc agroindustriel de Balanga Lonzo. Étant encore malade et en repos médical, et rappelant que je ne peux aller à l’encontre de la décision de la Plénière du Sénat du 15 juin 2021 qui a rejeté la demande d’autorisation des poursuites judiciaires à mon encontre, je me suis interdit de répondre à toute question en rapport avec le dossier Bukangalonzo”, pouvait on lire dans ce communiqué de mise au point.

Par ailleurs, même lorsqu’il m’a été demandé de prendre l’engagement de revenir comparaitre après les soins appropriés à l’extérieur, poursuit-il, j’ai réitéré les termes de mes précédentes déclarations sur le caractère exclusif de l’autorisation des poursuites ordonnées par le Bureau du Senat, au seul cas du dossier sur la zainianisation.

Le sénateur Matata Ponyo a révèlé par ailleurs qu’il a été interdit de quitter le pays. 

“En dépit de l’intervention du Haut responsable de service public auprès du chef de l’Etat, et de la recommandation de mon médecin traitant d’aller me faire examiner à l’extérieur du pays, je reste interdit de quitter le pays par le Procureur général prés la Cour constitutionnelle”, renchérit-il.

Par conséquent, Matata Ponyo avait rappelé que la République Démocratique du Congo est un Etat de droit où l’on devrait respecter les decisions prises par chaque institution, et cela pour la sauvegarde de la séparation des pouvoirs. 

“La décision de la Plénière du Sénat en date du 15 juin 2021, en est une qui mérite respect et considération. A ce titre, le Parquet général ne peut l’ignorer et revenir sur le dossier Bukangalonzo, d’autant plus qu’il en a été notifié par la lettre du Président du Sénat référencée n°0219/CAB/PDT/SENAT/MBL/EM/ pkg/2021 du 21 juin 2021”, avait- il insisté.

Pour lui, l’Etat de droit implique également que l’on respecte les libertés de mouvement sans aucune restriction d’un sénateur élu et ce, conformément à l’article 220, alinéa 1 » du Réglement Intérieur du Sénat (Cfr article 109, alinéa 1″ de la constitution).

Bishop Mfundu

Contactez la rédaction de Voice Of Congo : 00243 818956860

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here