Dossier François Beya : l’ACAJ plaide pour sa libération ou son transfert devant son juge naturel

0

Dans une lettre adressée à l’administrateur général de l’Agence nationale de renseignements (ANR) ce vendredi 11 mars, l’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ) plaide pour que l’ancien conseiller spécial du Président de la République en charge de la sécurité, François Beya, puisse être libéré ou être transféré devant son juge naturel.

Le président de l’ACAJ, Georges Kapiamba, pense dans sa lettre, qu’après plus d’un mois de garde à vue, sa détention dans les geôles de l’ANR devient arbitraire.

« L’ACAJ a adressé une lettre à l’administrateur général de l’ANR pour lui exprimer sa désapprobation totale au regard du caractère arbitraire de la garde à vue de M. François Beya depuis plus d’un mois. Elle a attiré l’attention de l’administrateur général de l’ANR sur le fait que cet état de chose contraste gravement avec le discours porté par le Président de la République en ce qui concerne la promotion et la protection des droits de l’homme, et surtout le principe de l’Etat de droit », a déclaré Georges Kapiamba.

Pour ce, l’ACAJ recommande vivement à l’administrateur de l’ANR de prendre des dispositions pour le remettre en liberté ou le transférer devant le juge compétent « s’ils ont des raisons de croire que les faits pour lesquels il a été arrêté peuvent être des faits constitutifs d’atteinte à la sûreté de l’Etat. »

Arrêté le 8 février par l’ANR sur fond de rumeurs de tentative d’un coup d’État, le Conseiller spécial du Chef de l’État en matière de sécurité, François Beya continue à moisir dans le cachot de la sureté congolaise.

Dans un message, la Présidence de la République, par le biais de Tharcisse Kasongo Mwema Yamba Yamba, avait trois jours après son arrestation, fait part des accusations portées contre François Beya par l’ANR relatives à l’atteinte à la sûreté de l’État.

Depuis lors, il a été remplacé mais son procès tarde encore.

La raison de sa détention prolongée n’est pas toujours connue.

Bishop Mfundu

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here