Dossier Veridos: Le Ministre de l’EPST, Tony Mwaba à nouveau sur la selette

0

Alors qu’on le croyait déjà terminer, le dossier veridos revient à nouveau sur l’actualité.

Cette fois ci ‘, c’est l’Assemblée Nationale qui veut voir clair dans cette cette affaire qui a tant fait débat et qui a crée un bras de fer entre le Ministre de l’EPST Tony Mwaba et l’inspecteur en chef de l’IGF, Jules Alingeti.

Tout est parie par la signature d’une entreprise allemande du droit privé, Veridos GMBH, d’un contrat avec le ministère de l’EPST portant sur la mise en œuvre du projet d’identification et le suivi informatisé des élèves en RDC.

Par cette question orale de l’élu de la ville d’Isiro, Odiane Doune Paulin, l’Assemblée Nationale veut voir clair en ce qui concerne les clauses de ce contrat avec notamment, ses avantages et désavantages pour la République.

L’affaire est ainsi née à la suite du flou suscitée sur la manière de rémunérer les surveillants ayant presté pour le compte du TENAFEP (Test national de fin d’études primaires).

Le ministre Tony Mwaba de l’EPST (Enseignement primaire, secondaire et technique) avait argué que chaque surveillant devait empocher directement la somme de 40.000 Fc (20 USD).

Du coté de l’IGF, Jules Alingete tenait à ce que les bénéficiaires puissent être payés par la banque par mesure de traçabilité.

Pour ce faire, chacun d’eux devait ouvrir un compte pour voir sa prime y être logée.

Selon le rapport de l’IGF, Tony Mwaba, serait présumé être l’auteur d’une tentative de detournement de fonds estimés à 16 millions $ USD.

Face à ces accusations gratuites de l’IGF, Tony Mwaba a mis sur la place publique, un dossier de 2 millions d’euros que la société Veridos touchait à titre d’acompte pour la remise aux élèves du primaire, des cartes biométriques moyennant une somme de 5 euros, dossier que le ministre Tony Mwaba avait bloqué, faisant valoir la gratuité de l’enseignement de base prônée par le Chef de l’État, Félix Tshisekedi.

Pour le ministre, le dossier sur le soit disant détournement de 16 millions USD, serait donc un règlement de compte pour avoir bloqué le paiement de Veridos une société au sein de laquelle l’IGF dispose des amis.

Tony Mwaba a qualifié d’illogique la démarche de l’IGF pour la bancarisation des fonds destinés au surveillants de la TENAFEP à cause des frais connexes que la banque devait retenir pour cette opération.

Dans une correspondance datée du 17 décembre 2020, adressée en son temps par l’ancien Directeur de cabinet a.i du Chef de l’État, professeur Cashmir Eberande Kolongele, au Vice-premier ministre et ministre du Budget et au ministre des Finances de l’époque, sollicitant le décaissement de 2 millions d’euros en faveur de Veridos.

Dans sa lettre, le Dircab a.i du Chef de l’État a rappelé l’accord conclu en août 2017, par le ministère de l’Enseignement primaire et secondaire avec la société Veridos, sur l’identification et le suivi des élèves du primaire, et pour lequel le ministère concerné devait verser un accompte de deux millions d’euros payable à travers un virement bancaire dans le compte de ladite société ouverte auprès Commerzbank, succursale de Munich.

Jules Alingete de son coté, confirme que la société Veridos avait déjà été payée depuis le mois de février 2021.

De son côté, le ministre Tony Mwaba a, dans une correspondance adressée récemment au ministre des Finances, fait opposition au paiement par la Raw Bank, de la somme de 2 millions d’euros (près de 4.791.747.200 FC) en faveur de la firme Veridos GMBH, et obtenir des services sous sa tutelle, la surseance dudit paiement, par un revirement au bénéfice du Trésor public.

Pour le ministre Tony Mwaba, ce paiement était fait en violation des règles et principes de financement des marchés publics prévu par la Loi n°10010 du 27 avril 2020, relative aux marchés publics.

“Cette dépense est non seulement irrégulière, mais aussi imputée sur les crédits du cabinet du ministère, précisément à la ligne budgétaire ” Autres dépenses “.

Ce qui occasionne un dépassement budgétaire de l’ordre de 742,91%”, écrit le ministre Tony Mwaba, dénonçant un vice de procédure, parce que la procédure de passation des marchés est encore à l’étape de mise au point du contrat.

Le ministre de l’Epst affirme en outre que, le montant payé est supérieur par rapport au montant de la contrepartie gouvernementale convenue, dans la mesure où, il y a eu un début de paiement de l’ordre de 132.027,75 euros par le Ministère de l’EPST à la Raw Bank pour le compte de Veridos GMBH.

Par la même voie et pour les mêmes raisons, Tony Mwaba a demandé à la firme Veridos Gieseke Devrient, à restituer l’acompte perçu au compte du Trésor public.

Face à cet état de chose, Nicolas Kazadi, ministre des Finances réagissant à la correspondance de l’IGF sur le dossier TENAFEP, a ordonné le 2 septembre, l’annulation de l’ordre de paiement et de l’OPI portant sur le décaissement de 31.220.578.950,00 FC relatif à l’organisation du TENAFEP.

Or il s’avère que la Rawbank aurait déjà décaissé la dite somme en faveur de Veridos.

L’opinion espère que l’audition de Tony Mwaba à l’Assemblée nationale révèlera la face cachée de cet iceberg qui s’annonce plus catastrophique que contre le Titanic.

 

Bishop Mfundu

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here