Elections des gouverneurs: la réussite de la MP résulte d’une politique efficace, selon Atundu

0

Alain Atundu

André-Alain Atundu Liongo, porte-parole de la Majorité présidentielle (MP) a estimé dimache que les bons résultats de son camp qui a obtenu quatorze de vingt postes de gouverneurs des provinces lors de l’élection organisée la veille est le résultat d’une politique efficace mise en place au sein de sa plate-forme. L’opposition a une nouvelle fois accusé le camp présidentiel de corruption.

«C’est le résultat d’une politique efficace et d’une campagne menée de façon efficiente. Nous avons jeté notre secrétariat dans la bataille. Nous sommes d’ores et déjà satisfaits de ce résultat qui va nous permettre de mener notre politique sur terrain», s’est réjoui André-Alain Atundu.

Sur les quatorze postes des gouverneurs raflés par la Majorité, aucun ne revient à une femme. Atundu s’en explique : «La parité est une option. Pour l’élection à un poste est un combat politique où le plus méritant et le plus efficace remporte».

Sur les vingt postes en jeu, les indépendants ont gagné dans cinq provinces: Bas-Uélé, Haut-Uélé, Equateur, Kasaï-Central et la Mongala.

Un second tour est attendu au Nord-Ubangi entre Marie-Thérèse Gerengbo (MP) et André Teddy Kapalata (MLC). Les deux candidats n’avaient pas obtenu la majorité absolue au premier tour.

L’élection du gouverneur au Sud-Ubangi est fixée au 1er avril prochain.

L’opposition crie au voleur

De son côté, l’opposition crie au voleur, estimant que les règles du jeu étaient biaisées d’avance par la majorité au pouvoir.

«La majorité a utilisé l’argent, la majorité a utilisé la fibre régionale et même tribale et la majorité a utilisé des pressions pour dire le président de la République a dit : si vous ne votez pas pour la personne qu’il a envoyée, votez juste milieu au cas contraire votre province sera rejetée. Il n’y aura aucun développement et aucun appui de votre province. Ils savent que les gouverneurs dépendent directement du président de la République et la constitution a été modifiée pour ce fait. Un gouverneur élu peut être limogé par le chef de l’Etat», a dénoncé la secrétaire générale du Mouvement de libération du Congo (MLC), Eve Bazaïba Masudi.

Il a par exemple cité le cas du candidat gouverneur MLC à la Mongala qui, selon elle, avait été menacé de mort.

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Corneille Nangaa, a annoncé que la publication des résultats définitifs de l’élection des gouverneurs de nouvelles provinces interviendra le 18 avril prochain.

Il a précisé que ces résultats seront annoncés au niveau des cours d’appel.

Des gouverneurs élus remplaceront les commissaires spéciaux, nommés depuis août dernier sur ordonnance présidentielle.

Un article de Radio Okapi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here