Enquête: Vidiye Tshimanga, la chute de celui qui murmurait à l’oreille du chef

0

Lorsque le Président de la République Félix Tshisekedi rend public la liste des membres de son cabinet présidentiel, Vidiye Tshimanga en sort bombardé avec le titre de « conseiller spécial chargé des Questions stratégiques ». Il s’agit d’un poste stratégique aux contours flous que l’interessé lui même définit comme suit : « Je ne rend compte qu’au seul chef de l’Etat qui me confie des dossiers ».

Outre cette casquette, « Vidiye Tshimanga » en porte trois autres. Il est président d’un parti politique (Dynamique Congolais Uni), administrateur directeur général d’une société minière et président du club de football kinois DCMP (Daring Club Motema Pembe) dont il a démissionné plusieurs fois sans finalement démissionné.

L’homme porte au total quatre casquettes qui illustre les multiples facettes de ce congolais de la diaspora trop proche du Chef de l’État Félix Tshisekedi.

L’homme se fait remarquer quelques jours après sa nomination lors d’une scène surréaliste où on le voit règler la circulation routière en plein Boulevard du 30 juin en déposant au passage des menaces aux agents de circulation routière.

Ce vendredi 16 septembre 2022, l’homme vient de s’illustrer une fois de plus dans une série des vidéos en séquence distillées dans les réseaux sociaux où on le voit promettre aux investisseurs d’acquérir des licences minières en échange d’une participation dans une co-entreprise.

Dans son échange avec les présumés investisseurs, Vidiye Tshimanga décrit comment il pourrait cacher sa part derrière les mandataires et les sociétés offshore.

Le très stratége conseiller du Chef de l’État n’est donc pas à son premier forfait.

Au cours de son passage à la Présidence de la République, il a accumulé scandal sur scandal.

En sorte que Plusieurs s’interrogent: “Pourquoi le Chef de l’État l’a gardé si longtemps?”

*Un tweet qui sème la confusion*

Au mois de mai 2020, Vidiye Tshimanga crée une véritable confusion autour de son statut du Conseiller spécial du président Félix Tshisekedi, Vidiye Tshimanga.

Tout est parti d’une série des tweets du Conseiller spécial en matière de stratégie du chef de l’Etat sur son compte personnel, coïncidant avec le premier jour du procès du Directeur de cabinet du Chef de l’Etat Vital Kamerhe, ou encore la suppression de sa fonction à la présidence, sur son compte Twitter.

« La mise à mort,…ce spectacle jouissif pour voyeurs hypocrites. Pas de compassion, pas d’empathie, juste un désir pervers de voir et se satisfaire de la chute de l’autre. Désir de Justice…ou pulsion primaire primate ? Les cœurs sont noirs. Mais que justice triomphe, » a-t-il tweeté.

Un tweet qui a été interprété des diverses manières.

Interrogé à ce sujet, le concerné a essayé de se justifier en arguant que son tweet voulait juste appeler à l’impartialité de la justice.

« La vindicte populaire n’est pas la justice, » s’est il défendu et de conclure:  » Que la justice doit être dit et sans état d’âme. »

Une version qui ne cadre pas avec plusieurs réactions au sein de la Présidence de la République. Des sources haut-placées confirment qu’il a été “déchargé de ses responsabilités”. Lesquelles seraient confiée au Conseiller spécial en matière de sécurité François Beya.

Par ailleurs, à la nomination de François Mwamba à la tête d’une cellule de « veille stratégique » à la Présidence a été vu comme un retrait de confiance à Vidye Tshimanga.

Une version que Vidiye Tshimanga dément.

Il affirme avoir appris cette prétendue destitution sur les réseaux sociaux, alors que tout va bien entre lui et Félix Tshisekedi avec qui ils ont lutté et accédé ensemble au pouvoir il y a plus d’un an.

Mais au-delà des démentis formels, des recoupements faits ça et la démontrent que des soucis profonds guettent la position de Vidiye Tshimanga aux côtés de Félix Tshisekedi.

La prétendue oreille du Raïs ne sera plus en odeur de Sainteté au sein de la cour. Plusieurs sources annonçaient même qu’il était interdit d’accèder à la Présidence de la République. Ce que l’interessé va refuter.

M. Vidiye Tshimanga effacera d’ailleurs ses attributions à la présidence sur son compte twitter puis de les remettre plus tard.

Il avait pourtant argué que son compte était personnel et non officiel.

*Vidiye, le bagarreur*

Le jeudi 30 décembre 2021 à Roméo Golf, lors de la réunion du Conseil d’administration, Vidiye Tshimanga a roué des coups le Président de la grande commission des supporters du Daring Club Motema Pembe, Junior Kusikumala.

Ce n’est pas non plus la première fois qu’il se livre à une scène de bagarre contre des supporters du DCMP.

La dernière fois, c’était en mars 2020 au stade des Martyrs après un match de son équipe.

Il va recidiver plus tard au mois de février 2022 où on distingue clairement dans une vidéo, Vidye Tshimanga et Taupin Kasongo se rouaient de coups à la présidence de la RDC sans la moindre retenue possible ni réfléchir deux fois.

Incapable de contrôler ses impulsions, Vidiye Tshimanga, comme il sait le faire,  s’est laissé aller à la colère en donnant en premier les coups à son vis-à-vis.

Comme dans ses habitudes, Vidiye Tshipanda se défend et accuse tout le monde sauf lui même.

*Disparition puis énième scandal*

Après ces scandals aussi saugrenus les uns que les autres, Vidiye Tshimanga fait profil bas.

Il est de moins en moins enclin sur l’actualité bien que personne ne l’aperçoit pas dans le sillage immédiat du Chef de l’État lors de grandes manifestations et ce, jusqu’à ce vendredi 16 septembre où il fait à nouveau parler de lui.

Cette fois ci, c’est la goutte d’eau qui fait débordé le vase.

Dans une série des vidéos devenues virales, l’homme s’est fait piéger par des prétendus investisseurs qu’il reçoit dans un bureau.

« Si nous faisons des affaires ensemble, je prendrai mon… pourcentage de l’investissement et je gagnerai de l’argent », affirme Vidiye Tshimanga dans une des vidéos.

Le conseiller stratégique du président congolais promet en contrepartie d’user de son influence pour obtenir des licences d’exploitation minière, éviter la paperasserie aux investisseurs et «protéger» leur investissement contre des fonctionnaires indiscrets.

Plus tard, il ira jusqu’à suggérer qu’il agit pour le compte du président.

Il se vante d’ailleurs d’avoir financé la campagne électorale de l’actuel président congolais.

« Si je demande au président quelque chose, il donne», déclare Vidiye Tshimanga, en anglais avant d’ajouter « Moi, c’est le président… Le président ne fait pas d’affaires directement ».

Dans l’une des vidéos publiée par la même source, Vidiye Tshimanga propose aux investisseurs de s’associer avec sa société congolaise, la COBAMIN.

« Avec Ivanhoe, ils ont 80%, j’en ai 20. Mesj 20% sont divisés en deux, donc vous avez 10%, c’est COBAMIN – ma société. Les autres 10%, parce que dans la loi minière, vous avez l’obligation d’avoir une personne congolaise dans la société… Cette personne congolaise est quelqu’un que nous avons choisi », a-t-il révélé.

Des vidéos qui ont suscitées une tolée générale et des réactions diverses au sein de l’opinion publique dans un contexte des accusations des délégués syndicaux contre le Ministre de la communication, Patrick Muyaya par les agents de la RTNC et le scandal du vrai-faux carburant du Ministre des Hydrocarbures, Didier Budimbu.

Les choses se sont accélerées ce samedi 17 septembre 2022.

Le cabinet du chef de l’Etat Félix Tshisekedi qui s’est déjà saisi du dossier, a annoncé des sanctions à l’encontre de toute personne y compris au sein de la présidence, dont le comportement avéré aura enfreint la loi, la déontologie de sa fonction ou le règlement d’ordre intérieur du Cabinet présidentiel.

Le document rappelait que la lutte contre la corruption est un des piliers de l’action du président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, depuis son accession à la tête du pays en janvier 2019.

“Le chef de l’État a constamment fait montre de fermeté pour combattre ce fléau qui a appauvri notre pays depuis des décennies”, ajoute le document.

« La création de l’agence nationale de prévention et de lutte contre la corruption (APLC), la réhabilitation de l’inspection générale des finances (IGF), la redynamisation de la Cour des comptes ainsi que le processus de digitalisation de l’administration publique en sont les preuves tangibles », indique le communiqué signé par Erik Nyindu, directeur de la Cellule de communication de la Présidence.

« La défense de l’intérêt général, le respect strict de la loi et la promotion de l’État de droit sont au cœur de la vision du président Tshisekedi pour édifier une justice sociale profitable à tous les congolais. Cela ne se fera qu’au prix de l’exigence d’exemplarité de la part de chaque congolais, à commencer par ceux qui dirigent le pays », note la Présidence.

Le communiqué prévient : « Toute personne, y compris au sein du Cabinet du Président de la République, dont le comportement avéré aura enfreint la loi, la déontologie de sa fonction ou le règlement d’ordre intérieur du Cabinet présidentiel, subira la rigueur de leurs effets ».

Acculé, Vidiye Tshimanga démissionne les après- midi tout en niant les faits lui reprochés.

Dans sa lettre de démission adressée au Président de la République, Vidiye Tshimanga indique que sa démission est une voie d’éthique face au scandale le concernant.

« Monsieur le Président de la République suite au scandale suscité par l’article orienté de l’ OCCRP, daté de ce jeudi 15 septembre 2022, je me vois dans l’obligation éthique de vous présenter ma démission de la fonction de Conseiller Spécial du Chef de l’État », a-t-il fait savoir.

Pour le désormais « ex-conseiller Spécial », il s’agit d’une décision mûrement réfléchie afin d’avoir toute la liberté de dénoncer et lever le voile sur les commanditaires de ce qu’il qualifie de machination et ainsi démontrer, preuves à l’appui, les manipulations et détournements de ses propos.

« Ceci, aussi, afin de faire la lumière sur les commanditaires de ce montage grossier, dont nous détenons un enregistrement qui contredit le sens qu’ils ont voulu donner à mes propos sortis de leurs contexte », a-t-il argué.

« Par ailleurs, Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’État, permettez-moi de vous assurer qu’en aucun cas je n’ai cessé de défendre votre vision quant à la lutte contre la corruption ainsi que les antivaleurs qui ont trop longtemps gangrené notre Nation. La blessure étant malheureusement trop ouverte à ce stade, la présente me parait être la seule décision de dignité à prendre. J’ai eu l’honneur de servir notre pays et notre Peuple à vos côtés jusqu’à ce jour avec conviction, dévouement et loyauté. Je vous remercie de la confiance que vous aviez placée en moi », a ajouté Vidiye Tshimanga.

Bishop Mfundu: +27679405303

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here