Football : Hors terrain les Africains sont meilleurs joueurs que les Brésiliens.

0

maracana

Comme le témoignent ses prestations des mois derniers : 5-0 face à l’Afrique du Sud, 3-0 face à l’Espagne; la sélection nationale du Brésil est bien prête à affronter les 31 autre sélections nationales qui envahiront son sol pour la Coupe du Monde 2014.

Après avoir tout ce qui s’opposait à elle, y compris le champion du monde en titre Espagne, la séleção s’est accaparée de la coupe des confédérations et a retrouvé une place dans le Top 10 du classement mensuel de la Fifa; prouvant ainsi que les travaux des sélectionneurs Luiz Felipe Scolari et Carlos Perreira n’en sont plus qu’à la retouche.

Toutefois, si le Brésil est prêt sur la pelouse, Il n’en est pas le cas hors pelouse en tant que pays organisateur de la 20ème édition de la Coupe du monde de la Fifa. Cette tâche gigantesque s’est révélée être plus qu’une messe à faire même pour un pays comme le Brésil où le football est une religion.

À moins de 3 mois du premier coup de sifflet, un bon nombre de stades, d’infrastructures d’accueil et de facilitation de cette compétition n’ont même pas encore vu entamer leurs travaux de finissage.

En commençant par le stade Arena Corinthians de São Paulo où se jouera le match d’ouverture du Mondiale entre le Brésil et la Croatie mais qui jusque là ressemble encore à un grand chantier.

Cela est ainsi suite à l’effondrement d’une grue et avec elle, huit colonnes de support d’écran géants en Novembre 2013. Bilan : 2 morts et un report de 4 mois pour le finissage des travaux.

Si cet accident est à blamer pour le cas de l’Arena Corinthians, ce n’est pas le cas pour le reste. Le stade Arena Curtiba aurait perdu le privilège d’être hôte à un match de la prestigieuse compétition si ce n’aie été pour le versement supplémentaire de fonds. La Fifa, frustrée par l’avancement à pas de tortue des travaux de construction sur ce site, voulait la disqualifier comme stade hôte.

Scénario similaire à l’iconic stade Maracana où un match amical entre l’Angleterre et le Brésil avait risqué d’être annulé le mois dernier suite à des inquiétudes sur l’état de la structure et par conséquent la sécurité des supporters

Les propos des responsables de la Fifa témoignent bien du climat d’irritation et d’impatience qui règne dans les corridors des offices de cette organisation suite à la désorganisation des brésiliens.

“Le Brésil vient de réaliser ce que la grandeur du travail signifie et a commencé le travail trop tard” avait une fois déclaré Sepp Blatter, le président de la Fifa. Puis d’ajouté : Pas un seul pays n’a été aussi en retard avec les préparations depuis que je suis à la Fifa, même si c’est le seul pays qui a eu aussi beaucoup de temps pour la préparation”.

Réaction dans le même sens de la part du secrétaire général Jerôme Valcke: “Ils travaillent dans des conditions où le ciment n’est même pas sec”, faisant allusion à l’équipe d’installation des caméras et autre dispositifs des médias.

Sur les 12 stades qui serviront dans cette coupe, 6 seulement étaient disponible à la date butoir du 31 décembre 2013 fixée par la Fifa pour la remise des stades sous sa responsabilité. Et jusqu’aujourd’hui 4 d’entre eux sont encore en construction.

Mais les déboires du comité d’organisation du Mondiale ne se limitent pas seulement aux stades, les aéroports sont déjà surchargés avant même l’afflux de prés de 600 000 visiteurs qui viendront participer à cette fête du football.

Une bâche goudronnée servira de tarmac temporaire à l’aéroport international de Fortaleza à défaut d’avoir un piste d’atterrissage prête à temps.

Certaines infrastructures routières et points de projections sur écrans géants sont toujours inachevés ét même parfois abandonnées. Au total les travaux portaient sur la construction ou réhabilitation de 13 aéroports, 7 ports, 37 projets de transports et 12 stades.

A cela viennent s’ajouter des problèmes d’ordre sociaux avec une opinion publique de plus en plus hostile à ce sport qui a toujours été considéré comme pas seulement un divertissement mais aussi une profession ou même un mode de vie.

La raison en est le coût exorbitant de la réalisation de ces projets. Les estimations initiales donnaient un total d’onze milliards de dollars mais plus tard s ‘est élévé à plus de 327% du montant initial. Cela était dû notamment au délai dans la construction des stades et à la corruption.

En effet, au cours de l’année 2012, le gouvernement avait allongé la procédure d’approbation des projets pour accélérer les travaux de construction, ce qui avait permit à certaine compagnies de fixer arbitrairement les prix, gonflant ainsi le coût total.

Près de 250 000 personnes avaient pris part à une marche de protestation contre la canalisation des fonds de l’état dans l’organisation de cette coupe plutôt que pour résoudre les problèmes sociaux comme le manque d’éducation et le crime.

L’insécurité est une autre menace à la bonne tenue de cet évènement quadriennal. Les favelas (bidonvilles), sont des paradis pour les trafiquants des drogues et autres criminels et sont pour la plupart situé prés des aéroports et sur les principaux artères qu’emprunteront les touristes.

Ce qui expliquerait le siège du favela la Mare de São Paulo par plus de 1000 agents de sécurité le dimanche 30 mars dernier. Ils y ont saisi une grande quantité de drogue et d’armes qui était caché prés du village olympique.

Bien que supérieur sur le plan économique, le Brésil a beaucoup à apprendre de l’Afrique du Sud qui a organisé la 19ème édition de la coupe en 2010. Cette dernière s’est révélé être un succès pour le pays de Mandela et une fierté pour toute l’Afrique en général.

Á 100 jours du début de l’édition de 2010, la totalité des stades avaient été remis aux mains de la Fifa, les travaux sur toutes les infrastructures routières ou aéroports étaient soit achevés ou en était à leur étape de finissage.

Sepp Blatter a fait savoir dans un discours en janvier dernier, qu’il n’y a pas de plan B au cas où les Brésil n’est pas prêt à temps pour la fête mondiale du football.

Erick Bukula

Voice Of Congo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here