Guerre RDC-Rwanda : Veranda Mutsanga exige la fermeture des faux camps des déplacés de Masisi servent de base-arrière du M23-Rwanda

0

Le Mouvement citoyen Veranda Mutsanga dénonce la présence des faux camps des déplacés de Masisi qui servent selon lui, de base-arrière du M23-Rwanda.

Il exige urgemment leurs fermetures si la RDC veut gagner la guerre contre le Rwanda, son énnemi.

“Tout d’abord, la Véranda Mutsanga tient à remercier les services de sécurité qui ont pris au sérieux ses alertes sur le recrutement du M23-Rwanda dans le territoire de MASISI dont voici l’échantillon des Rwandais recrutés arrêtés.

Cependant, il y a lieu de signaler qu’il y a nombreux faux camps des déplacés érigés principalement dans le Bashali Mokoko où ce ne sont que des Rwandais qui y habitent. Ils ont quitté le Rwanda et d’autres continuent à s’y rendre jusqu’à ce jour pour infiltration car c’est la même stratégie utilisée par Kigali pour se rassurer avoir des hommes sur terrain pour les utiliser en cas d’une nouvelle attaque en RDC.” dit Patrick Ricky Paluku, défenseur des droits humains et coordonnateur provincial de la Véranda Mutsanga Nord-Kivu.

Pour ce mouvement citoyen, il faut une vigilance tous azimuts.

“Lesdits fameux camps des déplacés étaient fermés pendant la période du gouverneur Julien Paluku Kahongya pour lutter contre l’infiltration pendant la première lutte de prise de Goma par le m23 mais réouverts par le HCR qui offre tout à ces faux déplacés venus du Rwanda comme s’il y a la guerre dans leur Pays., ajoute-t-il.

Et de préciser:

“Il y 4ans passés si on a une bonne mémoire, ce sont les armes à feu qui avaient retenti dans le camps de MPATI à Masisi, à cause d’un conflit mineur. Après des enquêtes, il était prouvé que les armes que les déplacés avaient utilisé étaient toujours gardé dans le même camp. Même chose aussi pour les faux camp de KAHE à Kitshanga et camp de Mweso hébergeant des faux déplacés.

À KILOLIRWE (nouveau village) tout le monde possède 2 cartes (1 de la RDC et 1 du Rwanda).”

Normal dans un Pays qui a le défi sécuritaire ? Pourtant la loi congolaise l’interdit. S’inquiète Veranda Mutsanga.

Qui demande:

“Pourquoi ne pas organiser des bouclages si pas des couvre-feus dans ce zone inondée par les infiltrés ?”

“Il y’a même des élèves Rwandais vivant Masisi disant qu’ils étudient à L’ISTM et viennent en stage au HGR/Mweso. Imaginez !!! Au Rwanda pas des écoles et hôpitaux pour le stage ?” s’interroge ce Mouvement citoyen.

Et de poursuivre: “D’autres jeunes étaient recrutés dans le camps des déplacés à Mweso. où sont-ils partis ? On disait aux gens qu’ils partent en Ouganda mais jusqu’aujourd’hui pas de suite.”

Il estime que si l’État Congolais ne fait rien, la population qui livre toutes ces informations pour avertir risque de se mobiliser pour détruire eux-mêmes ces faux camps des déplacés qui maintiennent MASISI dans l’insécurité permanente depuis des années.

Les aides humanitaires y dépassent les limites aussi rapportent les acteurs de la société civile citée par Veranda Mutsanga.

“Ces déplacés réçoivent du HCR de l’argent en espèce. Quel est leur travail pour qu’ils soient renumerés ?”

Lutter contre l’infiltration, c’est aussi travailler d’arrache-pied sur cette épineuses question.

“Aux grands maux, il faut des grandes décisions. Ces guerres imposées par Kigali, ont causé la mort de près de 10.000.000 des congolais. Il est donc temps de faire diligence pour donner l’espoir au Peuple Congolais longtemps meurtri à cause des ambitions sadiques du régime de Kigali.

Chacun à son niveau doit faire ce qui est de sa responsabilité pour se rassurer que la sécurité et la paix, reviennent à l’est de la RDC.

Trop c’est trop” conclut Veranda Mutsanga.

Bishop Mfundu

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here