Guinée : L’Ébola-Zaïre se répand jusqu’à l’Ouest de l’Afrique.

0

Ebola

87 personnes atteintes, 61 morts en moins de 2 mois. Tel est la marque d’entrée du virus Ebola en Afrique de l’Ouest et plus précisement en Guinée-Conakry. Plusieurs pays de la région sont déjà en haute alerte, entre autre le Sénegal, le Liberia et la Sierra Leone.

Une mise en alerte justifiée d’autant plus que la souche de ce virus qui a envahit la région est l’espèce Ebola-Zaïre. Celle-ci est la plus virulente de toutes les variantes du virus avec un taux de mortalité qui atteint les 90%.

Mais celle-ci est aussi la souche qui avait été identifié en République Démocratique du Congo et en Uganda en 1976. L’appellation Ebola prend même ses origines dans le territoire de Bumba, province de l’Equateur en RDC.

D’où l’intrigue pour les chercheurs qui veulent savoir comment ce virus a pu s’expandre du Congo, Sudan et Uganda à la Guinée.

La confirmation que la fièvre hémorragique dont plusieurs cas étaient signalés, était bel et bien l’Ebola est venue de l’institut Pasteur de Lyon en France si en croit le chef de la division prévention et lutte contre la maladie du ministère de la santé guinéen, Sabakor Keita.

La confusion persistait du fait que l’épidemie d’Ebola a des symptômes similaires à ceux de la fièvre hémorragique Maberg et de la fièvre Lasso. Pour la plupart des cas, ces symptômes sont la diarrhée, l’hémorragie, des poussés de fièvre, la fatigue etc…

L’éruption de l’épidémie se trouve encore confiné aux milieux ruraux et forestiers du pays et Mr Keita a démenti l’information donné par l’Unicef (fond des nations unis pour les enfants), selon laquelle un cas du virus avait été signalé dans la capitale Conakry. Il s’est basé sur les résultats des examens de l’institut Pasteur de Dakar.

Mais quelques cas ont été signalés dans la Sierra Leone voisine, d’où des craintes d’un expansion régionale de l’épidémie.

En RDC elle avait fait éruption en 1976, en 1995 et plus récemment en 2007, faisant plus de 200 morts à chaque occasion.

Aucun vaccin n’a déjà été découvert pour ce virus, mais des scientistes à un institut de recherche de l’armée américaine ont dit avoir découvert un traitement appelé MB-003. Selon James Pettit de cet institut, les recherches sont faites pour adresser l’inquiétude de l’armée américaine , dû à sa virulence, ce virus peut servir d’arme biologique pour des terroristes ou pays ennemis.

L’Ebola n’est pas la seule épidémie qui secoue la Guinée; le Choléra, la rougeole et la méningite s’ajoutent aux problèmes sanitaires que fait face cette pauvre nation d’Afrique de l’ouest.

Erick Bukula

Voice Of Congo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here