Il n’y a pas eu répression lors du retour de Felix par peur de Nikki Haley, preuve que le regime Kabila est inféodé à l’Occident (Erick Bukula)

0


C’était presqu’une surprise pour beaucoup d’observateurs que les forces de l’ordre n’ont pas tenté de réprimer l’engouement des militants lors du retour à Kinshasa du président du Rassemblement Felix Tshisekedi hier jeudi.

En effet il est devenu regulier que le chef de fil de l’opposition se fasse escorter manu militaire de l’aeroport par les forces de l’ordre pour eviter les grandes foule qui généralement viennent l’acceuillir.

Il en etait le cas lundi dernier à Lubumbashi. Et pourtant, hier jeudi à Kinshasa, la police a laissé Felix Tshisekedi s’offrir un bain de foule.

Pour l’opposant et activiste Erick Bukula, comme pour nombreux d’observateurs d’ailleurs, c’est dû à la présence de l’envoyée du president Donald Trump, qui sejourne dans le pays depuis mercredi dans le cadre d’une mission d’évaluation de la mission onusienne dans le pays.

“Il n’y a pas eu repression lors du retour de Felix par peur de Nikki Haley, c’est en même temps une preuve que le regime Kabila n’est pas souverain comme il le pretend mais plutôt inféodé à l’Occident” a déclaré Erick Bukula au micro de VOC.

Les autorités congolaises de leur part disent ne pas se sentir menacés par la visite de Nikki Haley.

« Il n’est pas question que nous nous sentions menacés…nous l’avons accueillie avec beaucoup de joie. A chaque fois que nous avons l’occasion de parler avec des partenaires, c’est une bonne chose ». a affirmé à la radio Top Congo Kikaya Bin Karubi, conseiller en matière diplomatique du président Kabila.

Un article de Voice Of Congo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here