Kabila fait des promesses difficiles à tenir

0

Kabila

La semaine écoulée a été fortement marquée dans le camp de la majorité présidentielle par le périple de son autorité morale, Joseph Kabila. Inattendu par la crème de la classe politique congolaise, ce périple a eu lieu au lendemain de la clôture du conclave de l’opposition à Bruxelles, peu après le jugement et la condamnation en son absence de Moïse Katumbi Chapwe, ancien gouverneur de l’ex province du Katanga. Et presqu’au même moment où l’Union Européenne (UE), les Etats-Unis d’Amérique et le conseil de sécurité des Nations Unies ravivaient leurs récriminations contre le régime politique en place en RDC, concernant ce qui suit: les entraves à la tenue des élections, conformément à la Constitution, les graves atteints aux droits de l’homme, les intimidations et le harcèlement des leaders de l’opposition ainsi que de la société civile et enfin, la traque systématiquement orchestrée des médias tout comme des journalistes du pays et même dé l’étranger.

Y aurait-il quelque lien entre les faits cités ci-dessus et l’empressement de Joseph Kabila d’entreprendre une longue tournée dans une vaste région du pays, qu’il considère à tort ou à raison comme son fief électoral naturel, entièrement acquis à sa cause, mais que l’opposition lui conteste avec force, à travers le G7 et ses alliés.

Des sources proches de l’opposition à Lubumbashi répondent à cette question par l’affirmative, en indiquant que Joseph Kabila est en pleine campagne de fidélisation des populations swahiliphones qui pourraient être mobilisées le moment venu pour appuyer la démarche de sa famille politique tendant à le maintenir au pouvoir, malgré et contre tout… et advienne que pourra.

Les mêmes sources indiquent par ailleurs que pour accrocher les populations des contrées visitées, les propagandistes de la majorité présidentielles n’hésitent pas de promettre des réalisations audacieuses, sans toutefois préciser dans quel laps de temps les dites réalisations seront concrétisées, et avec quels moyens : construction d’un aéroport ultra moderne, d’un stade omnisports et d’une grande université autour de la ville de Kalemie, chef-lieu de la province du Tanganyika.

Kabila contredit le gouvernement…

Tout le monde sait depuis longtemps que l’Etat congolais n’a pas d’argent (selon plusieurs déclarations du gouvernement) et que la communauté internationale n’est pas disposée à le lui donner. D’où viendrait donc l’argent pour rendre possibles les réalisations annoncées par les propagandistes du régime qui, pour les mêmes raisons, les élections tant attendues ne pourraient plus être tenues dans les délais et que le dégraissement de l’Etat doit être accéléré (cfr les dispositions annoncées dernièrement par Aubin Minaku en vue de réduire le budget de l’Assemblée nationale).

Mais il est étonnant de constater qu’à l’étape de Kalemie, Joseph Kabila a contredit le gouvernement en indiquant publiquement que les élections annoncées auront bel et bien lieu, mais sans toutefois préciser à quel moment celles-ci pourraient se dérouler. Où donc pourrait être trouvé l’argent dans l’hypothèse des élections annoncées par J. Kabila au cours de son meeting tenu dernièrement à Kalemie.

Il semblerait que Joseph Kabila pourrait se rendre bientôt dans d’autres provinces swahiliphones du pays pour les mêmes mobiles. Quelle part de réalisations in extremis le chef de l’Etat sortant réserverait-il aux provinces à zéro infrastructure, où plusieurs gouverneurs sont condamnés à travailler sous des manguiers spontanés?

En effet, tous les Congolais savent que Joseph Kabila n’a plus de temps pour quelque programme d’action que ce soit à réaliser, son mandat à la tête du pays arrivant à échéance le 19 décembre 2016. Pourquoi les propagandistes de la majorité au pouvoir s’obstinent-ils à ne pas en parler pour bien préparer les populations à l’alternance. Il y a anguille sous roche, qui justifierait les inquiétudes et les récriminations de l’Union Européenne (UE), les Etats-Unis d’Amérique et le conseil de sécurité des Nations Unies au sujet du « cas RDC ».

Par BOMPORIKI CHAMIRA

Un article de Tempete des Tropiques

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here