Katumbi : « Mon avenir s’écrit dans mon pays, en RD.Congo »

0

moise-katumbi

Il avait prévu de se retrouver à Kinshasa, le 31 juillet 2016, au grand meeting du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement. Mais, le pouvoir en place lui a privé le droit de vivre cette communion.

Malgré tout, le dimanche sur l’esplanade du boulevard Triomphal, l’ombre de Moïse Katumbi a plané sur la foule qui est venue écouter Etienne Tshisekedi. De l’étranger, le candidat président de la République a invité le peuple à se prendre en charge, promettant de revenir s’associer à lui, dans sa patrie, la RDC, pour le triomphe de la démocratie. Voici sa déclaration, en rapport avec le meeting du 31 juillet 2016. LP

Déclaration de Moïse Katumbi suite au meeting de l’opposition du 31 juillet 2016 à Kinshasa

Mes chers compatriotes, Aujourd’hui, l’opposition RD Congolaise, unie dans le « Rassemblement », a tenu un meeting historique à Kinshasa. Je souhaitais revenir dans mon pays et y participer, en dépit des menaces d’arrestation proférées contre moi par le ministre de la Justice. Malheureusement, le régime a empêché mon retour en ne donnant pas à mon avion l’autorisation de survol et d’atterrissage. Je dénonce une nouvelle fois cette entrave illégale, qui reflète l’état des libertés individuelles dans notre pays.

J’ai été néanmoins très heureux de voir les Congolais présents en masse au meeting ce 31juillet 2016. Je les félicite pour leur exceptionnelle mobilisation. Déjà très nombreux pour accueillir e Président du « Rassemblement» Etienne Tshisekedi le 27 juillet 2016, le peuple a encore répondu présent aujourd’hui, pour réclamer le respect de la Constitution, exiger la première alternance démocratique dans notre pays et dire « NON» aux dérives totalitaires du pouvoir en place.

Je souhaite redire mon soutien inconditionnel au «Rassemblement» et insister sur trois messages envoyés aujourd’hui par le Président Etienne Tshisekedi.

Au 19 septembre 2016, le corps électoral doit être convoqué. Cette date correspond au début du préavis de trois mois que le peuple congolais accorde au Président Kabila. Ce préavis s’achève le 19 décembre 2016, date après laquelle il doit remettre les clés du palais présidentiel.
Nous ne refusons pas le dialogue mais ce denier doit s’inscrire dans l’esprit de la résolution 2277 et respecter les préalables posés par le « Rassemblement», à commencer par la libération de l’ensemble des prisonniers politiques et l’arrêt des poursuites et montages judiciaires contre les opposants.
Le peuple doit se prendre en charge. Il est le seul détenteur du pouvoir et doit être conscient de sa responsabilité historique en cette année électorale.
Mon avenir s’écrit dans mon pays, en République Démocratique du Congo. Le pouvoir me menace d’arrestation pour un crime que je n’ai pas commis et pour lequel j’ai été condamné par une justice Instrumentalisée. Loin de m’affaiblir, ces basses manœuvres me renforcent dans mon combat pacifique pour instaurer l’Etat de droit. L’autoritarisme et l’incompétence ne prendront pas racines dans notre grand pays.

La mobilisation historique de ce jour nous fait garder l’espoir dé voir bientôt une RD Congo meilleure, plus jute et plus démocratique.

Par Moïse KATUMBI

Un article du Potentiel

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here