Kemi Seba : Les Combattants Congolais et Dan Gertler

0

Kemi Seba:”Le jour où les combattants congolais (que j’aime en tant que frère africain) s’attaqueront avec la même hargne aux entreprises de l’actuel véritable propriétaire de la RDC , l’israelien DAN GERTLER, qu’ils le font avec leurs propres frères musiciens Congolais,ces militants passeront de milices communautaires à mouvement révolutionnaire de LIBERATION. Dan Gertler est le roi du pillage des minerais.

Sa fortune bâtie en pillant le CONGO, est , estimée à 1,26 milliard de dollars . Petit-fils d’un diamantaire, il arrive en 1997, à l’âge de 23 ans, à Kinshasa, à l’époque en guerre et dirigé pour peu de temps encore par Mobutu .
A cette période, Laurent Désiré Kabila a besoin d’argent et d’armes pour lancer l’assaut sur la capitale. Le businessman israélien lorgne sur les gisements de diamants et autres minerais de l’est du pays. Les deux hommes se mettent d’accord et le colon lève 20 millions de dollars pour financer la rébellion. En échange, il obtient de Laurent Désiré Kabila, devenu président, un quasi-monopole sur les diamants et autres pierres précieuses……..
A la mort de Laurent Kabila, assassiné au janvier 2001 par l’un de ses gardes, c’est Joseph Kabila, alors âgé de 30 ans, qui prend le pouvoir. Dan Gertler devient son émissaire spécial avec mission de lui négocier le soutien des Etats-Unis et des Nations occidentales en général.Depuis, il règne en Maître en RDC, et a plus que jamais le sang de millions de congolais sur les mains…
Le jour où on orientera notre combat contre les bonnes cibles, nul ne pourra plus nous stopper .
*pour notre frère et ami Patrick Mbeko, une autre hypothèse est plausible au sujet de l’arrivée de Gertler en RDC. Selon le geopoliticien congolais, Gertler se serait installé au Congo à la fin en 1999, alors que le Congo de Kabila Laurent-Désiré fait face à une agression rwando-ougandaise soutenue par les États-Unis et l’Afrique du Sud. Le contrat avec Kabila est signé en août 2000.Le contrat contenait des clauses secrètes aux termes desquelles l’IDI s’engageait à obtenir, grâce à ses contacts avec des militaires israéliens de haut rang, la livraison de quantités non divulguées d’armes ainsi que des instructeurs pour les Forces armées congolaises.”

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here