Kinshasa: les allégations d’assassinats des jeunes et enfants inquiètent l’Unicef et la Monusco

1
Photo Illustration
Photo Illustration

 

Dans un communiqué conjoint publié le mercredi 27 novembre, la Mission de l’Organisation des Nations unies pour la Stabilisation en République démocratique du Congo (Monusco) et le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) indiquent avoir reçu ces derniers jours « des rapports préoccupants  faisant état de la disparition et de l’assassinat de je

unes hommes et d’enfants » dans certaines communes de Kinshasa. Ces allégations coïncident avec le début de l’opération  Likofi » lancée du 15 novembre 2013 au 15 février 2014, par les autorités congolaises pour lutter contre la délinquance urbaine. 

La Monusco et l’Unicef indiquent vérifier ces informations faisant état d’au moins une vingtaine de personnes, dont 12 enfants, qui auraient été tuées.

Les deux organisations demandent que des mesures immédiates soient prises par les autorités congolaises afin de mettre fin à ces actes. Elles rappellent que l’Etat doit en toute circonstance faire respecter les droits humains, et assurer que les enfants bénéficient d’une protection particulière, selon la loi congolaise et les traités et conventions internationales.

« Des enquêtes doivent être diligentées par les autorités judiciaires afin que les responsables de ces actes soient traduits en justice conformément au Code pénal congolais », lit-on dans le communiqué.

Par ailleurs, les Nations unies affirment leur volonté de soutenir le Gouvernement congolais dans la recherche de solutions durables aux problèmes de la réinsertion sociale des enfants et des jeunes.

Depuis quelques jours, des habitants de certains quartiers de la capitale congolaise rapportent que des policiers tuent nuitamment des bandits appelés « Kulunas ».

Interrogé à ce sujet par Radio Okapi le mardi 26 novembre, le conseiller en communication du Commissaire général de la police, Colonel Pierrot-Rombaut  Mwanamputu, a déclaré que la Police nationale congolaise ne menait pas une opération pour tuer les bandits.

Il a affirmé que l’opération « Likofi » (Coup de poing, en lingala) menée par la police consiste à arrêter des bandits et à les déférer devant la justice.

Source : Radio Okapi

1 COMMENT

  1. Le soit en disant la république “démocratique” du congo, d´oú vient au juste le mot démocratique annexer au congo? les crimes les plus mauvais se passent au congo, la communauté internationale régarde comme d´habitude, dénonce mais ne condamne pas. On tue au congo, le gouvernement et son président oublient les droits de l´homme et la base de tout les problémes, l´avenir d´une nation on la prépare, tandis que le gouvernement agit tant que le probléme se pose, une maison a une fondation alors que depuis 12ans sur le plan social, rien a été fait. C´est anormale que le gouvernement ne paiye pas les gens qui travaillent, même les chômeurs sont payés dans un pays des droits. L´affaire de Kuluna et des enfants n´est que l´échec de l´homme á la tête de l´état et son gouvernement, maintenant il y a un crime qui se passe, on massacre les enfants et les kuluna, les innocents tombent lá dedans aussi car ce n´est pas dit que quelqu´un qui dort dans la rue est obligatoirement Kuluna, le gouvernement veut faire croire que la politique des dents pour dents est la meilleure. On peut les arrêter tous, on ne va pas résoudre ce probléme comme ca, l´éducation est la clé d´une réussite pour chacun d´eux, même une simple formation rien du tout, c´est la force qui compte depuis que le faux Kabila est au pouvoir, c´est triste.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here