Kongo central : Victimes de l’intoxication au Benzène, la population de Moanda appelle le Gouvernement au secours

0

Des habitants de la cité de Moanda au Kongo central sont victimes d’intoxication par des substances toxiques, appelées “Benzène”.

C’est ce que révèle un rapport intitulé « les cris des populations locales », publié lundi 18 avril à Matadi par l’ONG Ressources naturelles et Développement  (RENAD) et parvenu à nos confrères de la radio Okapi.

En effet, ce rapport stipule qu’une forte concentration des substances toxiques appelées “Benzène” a été découverte dans les organismes des habitants des villages aux alentours du site d’exploitation de la société pétrolière PERENCO, dans la cité de Moanda.

Selon Nicole Bila, coordinatrice de cette ONG œuvrant pour la gouvernance dans le secteur extractive, ces conclusions sont issues des analyses par des spécialistes venus de Lubumbashi, des urines et du sang prélevés dans ces communautés riveraines, à l’initiative de RENAD.

« Nous avons appelé le professeur Célestin Banza de l’université de Lubumbashi qui s’occupe du département de toxicologie. Nous avons fait analyser l’eau que les communautés consomment. Et dans ces analyses il y avait aussi les urines et le sang qui étaient prélevés”, a-t-elle précisé.

Les résultats ont été formels : la présence évidente de benzène à une forte dose dans les urines et le sang des communautés des villages Kitombe, Kinkazi, Liawenda et Tsende, selon la même source citée par la radio Okapi.

” Ce sont les villages que nous avons trouvés comme plus exposés par rapport à l’installation des équipements de l’entreprise comme le torcheur, les puits et le tank. Dans le village de Kitombe, il y avait des gens qui vomissaient le sang et qui en mouraient. Nous avons vu que tout ce que les communautés se plaignent se trouve parmi les effets de benzène dans le corps.  Il y a des hémorragies sévères, les œdèmes rénales, les avortements spontanés” à témoigné Nicole Bila citée par notre source.

Face à ces évidences, la coordinatrice de RENAD appelle le gouvernement à appliquer les dispositions légales en matière d’exploitation des hydrocarbures en RDC:

“Cette communauté, qui vit ces violations des droits de l’homme, fait partie de la population congolaise. La loi portant régime des hydrocarbures interdit le torchage de gaz. Mais pourquoi l’autorité ne l’applique pas ? L’autorité est restée indifférente et cette communauté est abandonnée à son triste sort. »

La société civile de Moanda de son coté, appelle le Gouvernement à prendre des dispositions pour agir en faveur de la communauté locale et notamment dans la prise en charge des victimes de l’intoxication.

Bishop Mfundu

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here