Le M23 se réincarne en mouvement pro-ougandais.

0

Armèe ougandaise

 

Mis en déroute par les FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du congo) depuis la fin de l’année 2013, le M23 ( Mouvement du 23 Mars), un descendant du CNDP de Bosco Ntanganda, continue toutefois de susciter la peur au sein des popuplations des territoires qu’il détenait autrefois.

Selon des informations transmises au groupe l’Avenir par la société civile du Nord-Kivu, plusieurs centaines d’hommes lourdement armés et arborant l’uniforme de l’UPDF (l’armée ougandaise) mais bien identifiés comme étant des combattants de l’ex rébellion du M23, se seraient amassés dans la localité ougandaise de Bufumbira, situé prés de la frontière avec la RDC.

L’identification de ces combattants aurait été faite par les résidents de Bunagana, dans le territoire congolais de Rutshuru. Ce qui est compréhensible d’autant plus que cette localité était l’un des bastions du M23 pendant son temps d’occupation.

Informations à ne pas prendre à la légère quant on a encore à l’esprit l’incursion bien qu’éphémère des forces ougandaises dans les collines de plusieurs villages du Rutshuru vers la fin du mois de Mars dernier.

Informations à vraiment prendre au sérieux quand on prend en compte l’insécurité rampante dans le secteur comme le témoigne l’attaque qui a visé un cadre de l’ONU, Emanuell d’Emeraude et le détournement d’un convoi de l’ONG World Relief le mardi 16 avril dernier.

Ce développement intervient moins d’un mois après que le gouvernement de Kampala s’était dit prêt à collaborer avec la RDC et la CPI sur le transfert des leaders de l’ex-rebellion.

“Nous sommes fatigués d’être accusé de soutenir les rebelles congolais” avait déclaré au début d’avril le secrétaire d’Etat, Henri Oryem Okello.

Le M23 a été défait par les FARDC et la brigade d’intervention de la Monusco en novembre 2013 après près de deux ans d’occupation de plusieurs territoires de la province du Nord-Kivu.

Depuis sa déroute, plusieurs de ses ex-combattants et leaders ont pris refuge au Rwanda et en Ouganda en attendant d’être soit amnistié pour les officiers ou réintégré dans l’armée congolaise pour les moins gradés.

L’Ouganda, tout comme le Rwanda, a été récurrement mis en cause par des rapports des experts des Nations-Unis, pour soutient à certains groupes armés opérant à l’est de la RDC.

Erick Bukula

Voice Of Congo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here