Les « wewa » ne circuleront plus après 19 heures

0

wewa_kin

Les taximen moto qui desservent les lignes de la commune de Limete ont décidé de ne plus travailler après 19 heures. Ils dénoncent l’assassinat de leur collègue Kennedy, survenu dans la nuit du jeudi au vendredi 18 avril à la première rue Limete.

Le meurtre s’est produit aux alentours de deux heures devant un immeuble. Et pourtant sur le premier étage, une sentinelle non autrement identifiée avait vécu l’événement du début à la fin. Elle a même vu la mort de Kennedy. Le témoin unique de l’événement a expliqué que le conducteur portait un seul client sur sa moto. Curieusement lorsqu’ils sont arrivés à destination, une personne les attendait. La sentinelle affirme que le coup avait  été bel et bien monté par les deux assassins dont l’un s’était d’abord fait passé pour un client pour rejoindre son ami à l’endroit où le crime a été commis. Les deux bourreaux de l’assassiné avaient directement demandé la moto de ce dernier mais Kennedy avait opté de leur remettre l’argent qu’il avait avec lui et des téléphones cellulaires plutôt que de céder son engin roulant. Ces bandits s’étaient livrés à des fortes agressions. Ne voulant pas toujours obtempérer, les bandits avaient fini par tirer à bout portant le pauvre taximan moto.

La première balle l’atteint sur sa jambe et pour bien l’achever, la deuxième balle l’a touché sur la poitrine. Le coup de feu avait retenti sur tout les quartiers Dilandos et Funa. Mais la police de la contrée ne s’était pas déplacée aussitôt sur le lieu jusqu’au petit matin. Les taximen moto de la commune de Limete précisément de la première rue  ont fait savoir à RD-CONGONEWS que les assassins seraient des agents de la police parce qu’ils auraient, racontent- ils, ramassés une carte d’identité de la police sur le lieu du meurtre. Ladite carte d’identité indiquent ces taximen moto communément appelés «Wewa» serait emportée par la police qui avait été commise par le bourgmestre de la commune de Limete pour lever le corps de la victime.

Déjà le samedi 19 avril, une délégation des chauffeurs motos s’était présentée à la maison communale de Limete pour tabler avec Douglas Nkulu, bourgmestre de cette entité, sur cette question d’insécurité qui frappe de plus en plus sa juridiction. Puisque la police avait été impliquée dans cette affaire de meurtre, renseigne Max, le président des taximen moto de Limete, le bourgmestre avait proposé la tenue d’une réunion  entre un major de la police nationale de l’échangeur de Limete et la délégation des chauffeurs des motos.  Douglas Nkulu, chef de la maison communale de Limete joint par le bihebdomadaire hier lundi 21 avril, a fait savoir que la rencontre n’avait pas encore été confirmée.

Le président Max a indiqué que le bourgmestre était allé à une réunion  à l’Hôtel de ville de Kinshasa. La victime a laissé deux femmes et plusieurs enfants. Signalons qu’une plainte a déjà été déposée dans une instance judiciaire de la ville de Kinshasa.

Fadi LEndO

RDCongoNews

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here