Lisanga Bonganga à Kabila : La menace et l’intimidation sont les armes des Faibles

3

Lisanga Bonganga à Kabila : La menace et l’intimidation sont les armes des Faibles



Le message de l’état de la Nation du Président Kabila le 14 décembre 2015 au palais du Peuple de Kinshasa continue à faire des vagues. À Bruxelles où il séjourne, l’honorable Lisanga Bonganga du “Front Populaire contre la révision constitutionnelle” a tenu une conférence pour relever les insuffisances du message présidentiel: incohérences, contradictions, sous-entendus…

C’était le samedi 19 décembre 2015 de 14H00 à 15H30 au Press Club Brussels Europe.
D’entrée de jeu, monsieur Lisanga Bonganga a qualifié le discours de monsieur Kabila comme étant une collection « … de manipulations, de dramatisation artificielle et de menaces pour intimider et en définitive, le peuple congolais n’y a pas trouvé son compte. »
D’un revers de la main, Lisanga Bonganga a balayé les affirmations de Joseph Kabila sur la gestion économique et sociale de son gouvernement. « Avec un dollar américain par jour, soit 1000 Francs Congolais, les Congolais vivent en dessous du seuil de pauvreté. »

Pour illustrer le niveau déplorable de la gestion du pays par monsieur Kabila, monsieur Lisanga Bonganga a décrit l’état calamiteux des grandes routes de Kinshasa, surtout au lendemain des dernières inondations : « … Partout, c’est la désolation, des images de lacs et cours d’eau en plein centre ville… »

Revenant sur le sujet qui lui tient le plus à cœur à savoir un vrai dialogue, pas une « concertation-bis », il a rappelé que la crise politique actuelle tire ses origines du hold-up électoral de 2011. Et en cas de dialogue, il faudrait un arbitre neutre.
Quant à l’interprétation que le pouvoir de monsieur Kabila fait du colloque de certains politiciens et membres de la société civile dans l’île de Gorée, monsieur Lisanga Bonganga a lancé cette petite phrase : « La menace et l’intimidation sont les armes des faibles. La liberté d’aller et de revenir font partie des droits humains et libertés fondamentales garantis par notre constitution. »Par rapport au rôle de la communauté internationale en RD Congo, monsieur Lisanga Bonganga a dit : « N’en déplaise aux révisionnistes de tout bords, c’est grâce aux Nations Unies que le Congo est resté uni, libre et indépendant face aux différentes guerres d’agression. »

Enfin monsieur Lisanga Bonganga a annoncé le meeting du “Front Populaire contre la révision constitutionnelle”, le 4 janvier 2016 à la Place Sainte Thérèse dans la commune de Ndjili pour « Commémorer la mémoire de nos martyrs et soutenir les actions du visionnaire Étienne Tshisekedi. »
Bruxelles, le 20 décembre 2015

Cheik FITA

3 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here