Manifestation du 26 mai : Feu vert à Kinshasa, interdiction à Lubumbashi, Goma et Mbuji Mayi

0

Dynamique de l'opposition

par Erick Bukula

En RDC, la grande manifestation prévue pour demain sur toute l’étendue de la république et dans la diaspora divise les autorités des différentes provinces. Alors que dans la capitale Kinshasa l’autorité de la ville a donné son avale, dans capitale cuprifère Lubumbashi, tout comme à Goma et à Mbuji Mayi la manifestation a été interdite. Le maire de Lubumbashi a jugé la manifestation « inopportune » car, justifie-t-il, « la décision de la cours constitutionnelle est irrévocable et opposable à tous »,  donc agir autrement serait enfreindre à la loi. Tandis qu’à Goma, le gouverneur Julien Paluku a comparé la tenue de cette manifestation pacifique à une désobéissance civile. Au Kasaï Orientale on met en doute le « bien fondé » de l’organisation de la manifestation.

Toutefois, à Kinshasa, où les tentatives de manifestations de l’opposition ont souvent été étouffées par les autorités, le feu vert a été donné. Cela, après une séance de travail à laquelle ont pris part les autorités ainsi que les représentants des plateformes qui organisent la manifestation. Déjà dans la nuit de mardi on distribuait des tracts de l’opposition pour la manifestation.

Plusieurs plateformes de l’opposition et de la société civile, dont la Dynamique de l’opposition, le Front Citoyen, l’Alternance pour la République et la Lutte pour le Changement, ont prévue cette manifestation pour contester l’arrêt de la Cours Constitutionnelle qui permet au président Kabila de rester au pouvoir en cas de non -tenu de la présidentielle en novembre 2016. Les manifestants veulent aussi faire d’une pierre deux coups en utilisant la protestation pour dénoncer les massacres perpétrés à Beni, par des éléments ADF selon les autorités mais par une milice formée des membres d’une ethnie rwandophone selon les Nations-Unies.

Pendant ce temps, toujours en rapport avec la manifestation prévue pour le 26 mai, huit personnes ont été arrêtées à Matadi, lors d’une réunion de préparation de la marche. Sept parmi eux sont poursuivi en flagrance pour désobéissance civile.

Aussi, le PPRD, parti au pouvoir, a annoncé son intention de tenir des manifestations entre le 25 et le 30 mai. La mobilisation des militants a déjà débutée au siège du parti à Kinshasa.

Un article de Voice Of Congo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here