Moise Mbiye, la prédication évangéliste dégénère: 19 Combattants interpellés à Fontenay

2

Combattant vs Moise Mbiye

 

Par Anne-Laure Abraham et Fabienne Huger

« C’est regrettable. On n’est pas venu pour un homme. On est venu pour Dieu. Si vraiment ils veulent combattre, qu’ils aillent au Congo. C’est vraiment là-bas qu’il y a des combats à mener. » Comme cette jeune femme, interviewée par le site Congo top news, de nombreuses personnes venues assister à une prédication évangéliste dans une salle d’un bâtiment situé rue de la Fontaine-du-Vaisseau à Fontenay-sous-Bois, faisaient part de leur dépit mercredi soir.

 

L’intervention du pasteur Moïse Mbiye, à laquelle devaient participer plusieurs centaines de fidèles venus de Paris, de Seine-Saint-Denis, de Seine-et-Marne, du Val-d’Oise ou de l’Essonne ainsi que du Val-de-Marne, s’est soldée par l’interpellation de dix-neuf personnes. Le prêche, mêlant prières et chants, a en effet été annulé à cause d’une vingtaine de « combattants », des opposants à Joseph Kabila, l’actuel président de la République démocratique du Congo, pays où des élections présidentielles sont prévues l’année prochaine. Les perturbateurs, taxant l’un des participants d’être proche du pouvoir, se sont introduits dans la salle située à l’étage puis ont distribué des tracts où figurait une prière détournée critiquant férocement l’exécutif en place et demandant la démission du président. La tension est rapidement montée d’un cran, à tel point que les opposants ont usé de gaz lacrymogène sur les personnes présentes. Bilan : des larmes et un mouvement de foule.

« Il y avait des femmes avec des enfants. Les gens ont été bousculés. C’est pas normal de faire ça », déplore une participante. Appelés en urgence, les policiers sont rapidement intervenus et ont interpellé dix-neuf personnes, dont une femme. Tous ont été relâchés dans la journée de jeudi après avoir été entendus au commissariat de Fontenay.

Les riverains furieux

Dans la rue où se mêlent pavillons et entreprises, l’incident est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. « Ils ont commencé à chanter et à hurler. C’était insoutenable, d’autant que ça n’est pas la première fois », se plaint une voisine. D’après plusieurs riverains, les évangélistes se seraient installés il y a environ un an dans une partie de cet immeuble où se côtoient une entreprise dans le bâtiment, un vendeur de voiture et une école de bateau. Entre cent et deux cent personnes viendraient chaque dimanche. « Au départ, on ne les entendait pas, reprend un habitant. Après ils ont commencé à venir de plus en plus. Ils commencent le vendredi à 21 heures et ça se termine le lendemain à 9 heures. Le samedi, ça recommence. On n’arrive plus à dormir. On n’en peut plus ». Les voisins pointent du doigt les conversations nocturnes, la musique dans les voitures, les coups de klaxons et les problèmes de stationnement. Certains sont allés au commissariat ou ont pris rendez-vous avec la mairie, sans qu’il n’y ait de réel changement. « C’est un lieu privé, avance-t-on au cabinet du maire. On a demandé à nos services de voir si tout était en règle et aux services de police d’intervenir en cas de tapage. » Après s’être dit « traumatisé » par la situation, le révérend, en charge de la communauté, n’était plus joignable pour répondre à nos questions Anne-Laure Abraham et Fabienne Huger

Un article du journal Le Parisien

2 COMMENTS

  1. BO EXCUSE NGAI VRAIMENT MUANA YA NZAMBE, QUESTION NA NGAI EZALI BOYE: PONA NINI BANDEKO NA BISO BA MUSICIEN CHRETIENNE OYO BAZOKENDE KOBETELA BANDEKO NA BISO BISIKA BAZA NA BA PASI PE MAWA TO MATANGA KUNA NA EST YA CONGO TE? BAZO ZWA KAKA BA MBONGO PO BAKENDE KOBETA NA POTO EST CE QUE BATO YA POTO BASAMBELAKA TE? BAZA NA PASI YA NDENGE NINI KOLEKA OYO BAZOKUFISA BANDEKO NA NDENGE YA MABE

    LELO MUSICIEN AMERICAINE OLIVIER AYE KOLUKA KOSALISA BANDEKO WANA NA CONGO AYEBI QUE TOZA NAPASI , MAIS BINO BOZOLONGWA BOZOTIKA BANGO BOZOKENDE KO CONSOLER NA POTO CE DU VISE VERSA, CONFUSION.
    YESUS A DIT QU IL EST VENUS POUR CEUX QUI N’ONT PAS BIEN

    EZA QUESTOIN KAKA.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here