Nice: les organisateurs ont favorisé la désertion des athlètes, selon un sprinter congolais

0

Le logo des septièmes Jeux de la Francophonie. Photo Droits tiers.

Le sprinteur congolais Jean-Paul Masanga Mekombo a déploré la maivaise organisation des 7e jeux de la Francophonie, qui se sont déroulés du 7 au 15 septembre à Nice (France). Dans une interview accordée dimanche 15 septembre à la clôture de ces jeux, l’athlète congolais a déclaré que le moyen de transport n’était pas mis à leur disposition pour se rendre au stade à partir de leur lieu d’hébergement.
«Nous sommes arrivés à Nice le 4 septembre. L’endroit où j’étais logé, était distant du stade. Il n’y avait pas de bus pour nous amener au stade pour nous entraîner. Il aura fallu attendre trois jours plus tard pour qu’il y ait un bus».
Une vingtaine de participants à ces jeux, dont sept Djiboutiens, trois Ivoiriens et treize Congolais avaient fait défection depuis le début de la compétition.
Parlant de ses compatriotes qui ont déserté, Jean-Paul Masanga a réagi en ces termes:
«C’est eux-mêmes les organisateurs qui ont facilité cette désertion. La sécurité n’était pas garantie comme il le faut. Il y avait des gens qui accédaient dans nos chambres, sans s’inquiéter, avec des badges. [Ils se présentaient] comme de bénévoles et nous expliquaient comment rester en France, sans s’inquiéter».
Le sprinteur congolais a réalisé 2m 00, au lieu de son record personnel de 2m 10, loin du champion canadien Derek Drouin (2m 30).
Il a justifié cette contre-performance par le fait qu’il s’est retrouvé seul dans ces jeux, sans entraineur, moins encore un kinésithérapeute.
Le reste de la délégation congolaise rentre à Kinshasa mercredi 18 septembre, en transitant par Bruxelles.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here