Paris: Une filière de faussaires issus du milieu congolais de Brazzaville démantelée

5
Photo d'archive le progres/Philippe Vacher
Photo d’archive le progres/Philippe Vacher

Neuf individus ont été interpellés lundi passé…

Ils fabriquaient et fournissaient des faux documents à la demande en région parisienne. Faux actes de naissance, fausses factures, fausses attestations d’assurances, faux avis d’imposition et même fausses promesses d’embauche… Une équipe de faussaires bien connus dans le nord parisien a été démantelée lundi, a appris 20 Minutes de sources policières.

En tout, neuf individus, originaires de la République du Congo (Congo Brazzaville) ont été placés en garde à vue pour aide à l’entrée et au séjour irrégulier en bande organisée et association de malfaiteurs. Au cours des perquisitions, les policiers de l’Office central pour la répression de l’immigration irrégulière et de l’emploi d’étrangers sans titre (OCRIEST), de la direction centrale de la police aux frontières (DCPAF), ont retrouvé plusieurs faux documents, des imprimantes, des plastifieuses, des matrices informatiques ainsi qu’une enveloppe avec des commandes de clients.

30 euros le faux acte de naissance

L’équipe de faussaires gravitait sur «la plaque parisienne, spécialement dans le Nord de Paris, en Seine-Saint-Denis et dans le Val-d’Oise». Parmi les individus interpellés, la moitié serait des faussaires, et le reste des complices, rabatteurs, chargés de repérer l’éventuel client et de le rediriger vers la personne adéquate. «C’est une filière assez classique, à ceci près qu’il y a beaucoup de faussaires et d’intermédiaires. Ils se connaissent tous. Et l’un d’entre eux s’était spécialisé dans l’édition de faux documents de société», explique auprès de 20 Minutes Anne-Laure Arassus, adjointe au chef de l’OCRIEST.

L’équipe avait l’habitude de se faire remettre les documents dans des débits de boisson de Seine-Saint-Denis. La clientèle de cette officine était nombreuse et réclamait des documents en tout genre. Un faux avis d’imposition, par exemple, était facturé 100 euros, un faux acte de naissance, 30 euros, et des faux documents d’entreprises comme un Kbis ou une attestation Urssaf, entre 700 et 1.200 euros.

Chaque client y trouvait son usage. Par exemple, un faux acte de naissance permettait par la suite de se procurer une vraie-fausse carte d’identité. D’autres documents pouvaient par ailleurs servir à ouvrir un compte ou obtenir des allocations.

Source : 20 minutes

5 COMMENTS

    • avant de douter sur leurs nationalite ,je te conseil de t’imformer dans different site francais cher Munzombo

  1. Avant azonga na angola, ayekola nanu langue portuguaise po francais na lingala eza langue ya ba angolais te. en plus de cela, aluka nanu comment akosilisa ba LOTO oyo etonda bango na nzoto. po tout le monde le sait que ba LOTO na nzoto eza kolakisa salite. donc bakoma nanu propre avant abanda kokota makambo ya ba RD-congolais.
    En fiin, bango ba sois disans ba angolais, comment bazalaka na ba site na bango te ? toujours kaka kotalaka ba site na biso. nini ezangaka bango ba creer ba propre website na bango po balandaka ba news ya mboka na bango ?
    depuis ke bazalaka na poto, ata shop ya ba angolais moko ezalaka te. bako evoluer quand ?

Leave a Reply to kongolais originaire du royaume kongo Cancel reply

Please enter your comment!
Please enter your name here