Portait d’une femme handicapée de Goma: Lauraine Mayuwano Melody, artiste musicienne, en art plastique et basketteuse sur fauteuil roulant

0

Dans le cadre de la journée Internationale des droits de la femme, notre rédaction est allée à la rencontre de Lauraine Mayuwano Melody, voilà ce qu’elle nous confiée.

Comment vous vous présentez:

“Je suis Lauraine Mayuwano Melody née à 1997 avec l’handicap mère de deux enfants.

Au fait, j’ai commencé à étudier à l’âge de 9 ans parce que je n’avais pas les moyens pour aller étudier.

Je n’avais pas de chaise roulante ni les prothèses en plus mes parents pensaient que j’avais un autre problème dans la tête.

En plus, je ne croyais pas en moi même et je pensais que je ne peux rien faire de ma vie.

En 2013, une amie en situation d’handicap m’a intéressée d’aller faire le basket sur fauteuil roulant.

Je pensais que je ne peux pas réussir à le faire mais quand j’étais partie faire l’entraînement c’était très bien et puis du coup, j’ai continué à jouer.

En 2015 avant le 3 décembre, journée internationale des personnes handicapées, je passais juste dans la rue et j’ai vu une dame qui mendiait. Elle portait un bébé sur son dos.
Directement, j’ai commencé à pleurer et quand je suis rentrée à la maison, j’ai écrit un slam.

Lorsque j’ai présenté la chanson le 3 décembre, beaucoup des personnes avaient apprécié et ils m’ont demandé de continuer à faire de la musique.

Bien que n’ayant pas toujours des sponsors, je continue toujours à me battre pour montrer au monde que nous, handicapés, nous sommes là et on peut faire aussi mieux que les autres.

J’ai joué des compétitions, des championnats. Je suis aussi membre de l’équipe nationale de Handi-Basket.

En 2019, j’ai gagné le concours de battle rap et en 2020, on m’a invité a Kinshasa pour un festival handicap dénommé “donne moi une chance.”

Je fais aussi l’art plastique pour l’auto prise en charge des personnes vivant avec handicap.

J’ai aussi travaillé avec ASAM action solidaire MKA MLEMAVU.

Je me prépare aussi pour faire mon album.”

À la question de savoir, sur les difficultés rencontrées, Lauraine Mayuwano relate que souvent c’est le problème d’accessibilité dans les radios, les écoles, les institutions et les moyens de déplacement qui posent souvent problème.

Moi étant qu’une femme handicapée, je ne trouve pas des managers comme les autres femmes ou les autres personnes pour me soutenir surtout quand on demande le travail on refuse toujours parce que ces personnes ne voient que mon handicap mais pas ma tête.

Sur la perception des autres, Melody soutient ceci: “autrefois, nous n’étions pas considérés pas dans la société. Jusqu’aujourd’hui, il y a toujours des gens qui m’aiment pas parce que je suis handicapée mais la majorité commence à changer leur façon de nous percevoir. Maintenant, on me considère bien.”

En faveur des autres femmes en situation d’handicap, Lauraine Mayuwano répond ceci: “moi étant qu’une femme en situation d’handicap j’encourage les femmes handicapées de bien travailler, de ne plus avoir honte d’elle. L’handicap c’est dans la tête et ensemble, on peut faire mieux.”

Lauraine Mayuwano Melody conclu son interview comme suit:

“Je suis juste contente parce que vous pensez toujours à nous et je veux dire au monde que l’handicap n’est pas une obstacle mais plutôt une opportunité. On peut aussi faire ceux que les personnes valides peuvent faire, Never give UP.”

VOICE OF CONGO

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here