RDC – Ça brûle fort : Ngoy Mulunda s’attaque à Aubin Minaku

0

169-danie-ngoy-mulunda

Impensable au sein du régime Kabila. Les cardinaux s’attaquent entre eux et se déchirent au gré des intérêts. Pas surprenant que l’ancien président de la commission électorale nationale indépendante s’attaque au numéro 2 de la MP. Ngoyi Mulunda trouve de trop les intrusions du speaker de l’assemblée nationale dans la marche de conduite de la centrale électorale made in Nanga. Il s’est retenu mais a fini par exploser en lançant un tweet mortel pour descendre Minaku. ‘‘Je regrette que la MP commence à asphyxier la démocratie par le refus du pluralisme dans la compétition aux urnes’’, se désole le patron du Parec sur tweeter. L’ancien mauvais maitre est passé donneur des leçons. Mulunda s’indigne que Minaku se permette de piétiner sur les attributions de la Ceni en ordonnant au bureau et à la plénière d’écarter les candidats indépendants issus des partis membres de sa famille politique.

Démocraticide, la démarche de Minaku. Comment une Ceni censée être indépendante peut se courber à cet ordre ? Quelle loi interdit aux indépendants de compétir à un marathon électoral ? rien du tout, affirme le constitutionnaliste Christophe Lutundula. Ni la constitution, moins encore la loi électorale, ajoute le juriste chevronné passé depuis quelques mois à l’opposition. En réalité, Minaku a commis une bourde. L’image de la centrale électorale est écornée comme aussi celle de l’ensemble de l’institution.

L’opposant Martin Mukonkole n’est pas allé par quatre chemins pour confirmer les craintes exprimées mainte fois par l’opposition au sujet de cette Ceni inféodée par le pouvoir. Nanga n’obéit qu’aux ordres de ceux-là qui l’ont placé à la tête de la commission électorale nationale indépendante. Si Mulunda, un membre du régime dénonce publiquement les dérives du secrétaire général de la Majorité, ce que la case brûle réellement chez les Kabilistes. La fin de règne, oui peut-être, analyse un diplomate occidental en poste à Kinshasa, parce que les centres de commandement deviennent nombreux. ‘‘Tout le monde prend des initiatives parfois sans se référer au chef. Il n’y a plus de coordination d’actions. Pire encore, quand les stratèges sont en panne d’imagination. Et comme à l’époque de Mobutu, ca va suinter d’ici là’’, déplore un Kabiliste aujourd’hui à la touche.

Mais la MP doit fourbir son argumentaire pour se justifier vis-à-vis de l’acte qu’elle a posé quand la communauté internationale va ouvrir de nouveau son artillerie lourde pour condamner les restrictions de l’espace politique. Ce qui est certain, c’est que Nanga ne peut piper mot quand on lui demande un service en haut lieu. Il répond fidèlement aux ordres de ses mentors. RIP- la Ceni, A Dieu les élections libres, démocratiques et transparentes. Et si l’alerte vient de la Majorité elle-même, il n’y a plus rien à espérer.

Un article de 7sur7

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here