RDC : Ce samedi devant le Congrès : Kabila parle !

2

Joseph_kabila_Ouverture-des-concertations-nationales

La nouvelle a été livrée, hier, jeudi 12 juin 2014,  par Léon Kengo wa Dondo, à ses collègues sénateurs, peu avant la suspension de la séance plénière.  Mais, il n’en a pas précisé l’ordre du jour, ni fixé les axes saillants  de cette  prestation  présidentielle à l’Hémicycle.   A ce stade, le moins que l’on puisse dire, si  Joseph Kabila confirmait son adresse, ce samedi 14 juin 2014,  devant les deux chambres du Parlement,  réunies en Congrès, au Palais du Peuple, est qu’il ne manquerait  pas d’aborder tout un florilège de dossiers parmi ceux qui sont  les plus brûlants  dans le domaine de la diplomatie, du processus électoral, des aspects sécuritaires mais, surtout, de la politique, avec cette affaire de longue attente devenue, presque   rébarbative,  du  gouvernement de cohésion nationale.  Certes, il  ne raterait pas cette occasion  en or,  pour en appeler à plus de  responsabilité,  les Députés et Sénateurs, lors de l’examen, au cours de la toute imminente session extraordinaire,  de quatre projets des lois portant sur l’organisation des élections urbaines, municipales et locales ; des élections provinciales, sénatoriales, des gouverneurs et vice-gouverneurs ; des élections législatives nationales et la présidentielle et, enfin,  celui relatif à  l’épineuse question de la  révision constitutionnelle. Ce samedi, si tout va bien, rien ne saurait l’empêcher  de décliner, une fois pour toutes, sa vraie vision sur les enjeux 2016, avec leur cortège d’élections et de  bonds en sens, parfois, à l’envers. D’ores et déjà, il avait dit, en son temps, à Kingakati, devant les sociétaires de la Majorité Présidentielle,  que ce dossier de fin de mandat, en 2016,  n’en était pas moins qu’une pure  distraction.

C’en est donc un rendez-vous de Kabila devant Dieu et les hommes. Ce samedi 14 juin, sauf changement de dernière minute, le Chef de l’Etat s’adresse à la nation via les deux chambres du Parlement, réunies en Congrès, au Palais du Peuple, à Lingwala. La dernière fois qu’il y a été, ce fut  le 23 octobre 2013, en marge de la clôture des concertations nationales.

Plus de sept mois après, l’on croit savoir qu’il a certainement des réponses à des multiples questions des congolais notamment, sur une ribambelle de sujets. Allusion faite, ici, à certains points chauds qui cristallisent l’actualité en RD. Congo.  Sans entrer dans les secrets d’Etat, il y a lieu de relever, tout de même,  qu’il ne saurait se soustraire de ses obligations de fixer ses concitoyens sur toutes les affaires liées, entre autres,   aux élections, avec l’exigence d’un   nouveau consensus tant recherché par une certaine frange de l’Opposition,  au calendrier global érigé en condition sine qua non par des Envoyés Spéciaux de l’Onu, de l’Union Européenne, de l’Union Africaine, des Etats-Unis d’Amérique ainsi que le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies, pour obtenir le moindre accompagnement tant logistique que financier de la communauté internationale, quant au processus électoral.

Dans la même gibecière, il serait en droit d’en profiter, pour conjurer certaines contre-vérités sur la révision constitutionnelle, les concertations nationales, le gouvernement de cohésion nationale et, pourquoi pas,  les enjeux 2016.  D’ores et déjà, l’opinion se souviendra, en effet, qu’en son temps, lors d’une rencontre avec son cénacle politique constitué, pour l’essentiel, des cadres dirigeants de la Majorité présidentielle, Joseph Kabila avait dit, à ce sujet,  qu’il s’agissait d’une pure  ‘’distraction’’.   Et, qu’il n’était pas opportun  de s’y attarder alors qu’il y a encore du temps, pour gérer le reste de son mandat, selon les vœux du peuple congolais, depuis 2011.  Bien plus, il avait également dit qu’il respecterait la Constitution, du premier au dernier article, selon les termes repris dans un communiqué signé Aubin Minaku, à la fin de cette rencontre de réarmement moral et d’appel au resserrement des rangs face aux multiples défis subodorés.  Ce samedi, point n’est besoin d’être magicien, pour deviner que le nouveau message du Chef de l’Etat  pourrait, par ailleurs, s’articuler autour de la question du nouveau gouvernement dit de cohésion nationale.

Va-t-il annoncer le nom de son nouveau Premier Ministre ?

Rien n’est moins sur. Toutefois, plus loin, au-delà de la gouvernance interne, il serait tenté à l’idée de dénoncer, cette énième  escalade de  la violence, à la suite de  nouveaux   accrochages, à la frontière avec le Rwanda voisin.  En pareille circonstance, les Ambassadeurs et Chefs des Missions Diplomatiques qui seront immanquablement invités, auront leur part de  gâteau, dans ce sermon. ‘’Pas d’ingérence dans les affaires internes et  respect de la souveraineté de la RD. Congo’’. Voilà tout.  A quelques exceptions près, Kabila, si attaché au respect de ses  engagements, reviendra, sans ambages,  sur l’évaluation de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba.  Comme autrefois à l’Assemblée Générale de l’Onu,  il en appellera  la communauté internationale, les Etats de la Région des Grands Lacs, les structures régionales telles que la SADC, la CIRGL et l’Union Africaine,  au  respect  de  leurs propres engagements, s’il faut  préserver la paix, consolider  la sécurité et promouvoir  le développement dans cette partie de l’Afrique centrale,  aux vies humaines  maintes fois  folâtrées ou, simplement,  batifolées.

La Prospérité

2 COMMENTS

  1. L’homme qui ne parle jamais va cette foi ci Parler…c’est sont des signs qui ne trompent pas.. Le regime touche a Sa fin… Il ne faux jamais s’attendre a quelque chose de bon ce serait in dicourt apathique comme les autres.. Il ne corrigera jamais les damages qu’il a lui meme crailler… I’ll est vomis dejas par ces parins..

  2. Que kabila se prepare pour partir en bonne et du forme , ses projects maquiavelique ne tiendrons plus , il nous a beaucoup tuer cette foi ci nous mourions entre ses Brás en moin qu’il s’en fuit chez lui au rwanda . Bochab ,Kaniama ,mende , muyez preparez vous car cette foi si vous allez tuer beaucoup . allez vous au dialogue Mais ATTANTION sur tout suivez ce que les eveques ont recommender pas de transition , partage du pouvoir sur tout pas de glissement . le 11 janvier votre gouvernement ebika tozo zela bosalela biso buzoba na ba traitres que dialogue bo kosepela .

Leave a Reply to tom Cancel reply

Please enter your comment!
Please enter your name here