RDC/ Des voix s’élèvent après le décès d’Olivier Mpunga: Olivier Kamitatu, Gecoco Mulumba et Claudel Lubaya

0

Le décés de d’Olivier Mpunga continue encore à susciter de l’indignation au sein de l’opinion publique congolaise.

Ce jeune qui aurait succombé à la suite des tortures lui infligées dans les installations des services spéciaux de la police.

Les vidéos montrant les tortures infligées à Olivier Mpunga ont fait le tour de la toile ce samedi et ont suscité de l’émoi.

Indigné, le député provincial Gecoco Mulumba appelle les autorités à ouvrir une enquête pour que élucider les circonstances de ce meurtre.

Dans une vidéo, l’élu provincial de Kinshasa rappelle que Olivier Mpunga jouissait avant tout de la présomption d’innocence et que la torture est interdite dans notre pays.

Olivier Kamitatu sur le décès s’est lui aussi insurgé sur la mort d’Olivier Mpunga et pointe du doigt la police.

“Quand ceux qui sont investis du pouvoir d faire régner l’ordre public se mettent à humilier, torturer et assassiner leurs concitoyens en filmant leurs actes ignobles pr épater la galerie, c’est qu’on est malheureusement engagé ds un état de dégénérescence démocratique! ” a écrit Olivier Kamitatu, Directeur de Cabinet et porte parole de Moïse Katumbi.

Le Député national Claudel Lubaya exhorte le Gouvernement à mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour identifier et punir les coupables.

” J’exhorte le Gouvernement à mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour identifier et punir les coupables. Ce crime est une nouvelle étape dans la dégradation de l’État de droit. Il trahit la brutalité de ceux qui l’ont commis, comme il démontre l’idéologie mortifère qui les habite”, dit le député Claudel Lubaya.

Des sources proches de la famille rapportent que la victime était arrêté dans le cadre d’une affaire d’une voiture mise en gage.

Saisi, l’auditorat militaire aurait dejà arrêté quelques élements de la Police pour des raisons d’enquête.

Bishop Mfundu

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here