RDC: Fosse commune mise à nu à Maluku, “des cadavres inhumés par les services de l’état”

0
Une fosse commune contenant les restes d’au moins 30 victimes d’une attaque perpétrée le 6 juin 2014 par des hommes armés non identifiés contre un rassemblement religieux dans le village de Mutarule au Sud Kivu, République démocratique du Congo. © 2014 Human Rights Watch
Une fosse commune contenant les restes d’au moins 30 victimes d’une attaque perpétrée le 6 juin 2014 par des hommes armés non identifiés contre un rassemblement religieux dans le village de Mutarule au Sud Kivu, République démocratique du Congo.
© 2014 Human Rights Watch

On en sait un peu plus sur l’affaire d’une fosse commune à Maluku à Kinshasa. “Ces corps ont été inhumés par les services de l’Etat”, selon le ministre provincial de l’intérieur. Emmanuel Akweti a réagit aux informations qui circulent à Kinshasa. Pour lui, on ne peut pas parler de découverte.

“Il n’y a pas eu découverte de fosse commune”, a démenti le ministre provincial de l’intérieur affirmant que les services de l’Etat ont procédé à l’inhumation des cadavres qui étaient à la morgue centrale de la ville.

D’après Emmanuel Akweti, des corps abandonnés dans les morgues de la ville sont envoyés à la morgue centrale qui reçoit aussi des corps non identifiés qu’aucune famille n’a réclamé et des morts-nés des maternités. Tous ces corps étaient à la morgue centrale de la ville qui a une capacité d’accueil de 300 corps.

Ces corps ne pouvaient pas rester éternellement à la morgue. “Après un certain temps de conservation, précise le ministre provincial, le règlement d’ordre intérieur de la morgue prévoit les inhumations”. Emmanuel Akweti a indiqué que “les dernières inhumations ont eu lieu le 19 mars”.

La nouvelle propagée par la population sur ces corps en décomposition à Maluku a été au centre d’une réunion tenue vendredi par le vice premier ministre Evariste Boshab. Le ministre provincial de l’intérieur de la ville de Kinshasa, Emanuel Akweti a pris part à cette rencontre.

Cyrille M Milandou

Un article de Top Congo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here