RDC: Inactif depuis les attaques du M23, le Mécanisme conjoint de vérification se déploie à Rutshuru

0

Inactif depuis les accusations de la RDC contre le Rwanda et son appui aux terroristes du M23, le Mécanisme conjoint de vérification élargi a déployé ses experts à Rutshuru pour se rendre compte de la situation et faire rapport à la hiérarchie de la CIRGL.

C’est le colonel Aristide Botonga, expert du Congo-Brazzaville au sein de ce mécanisme, qui l’a annoncé 15 juin à Radio Okapi qui l’a rapporté.

Le colonel Aristide Botonga, qui prend part aux travaux de la table ronde régionale conjointe sur la paix et la sécurité à Bujumbura, estime qu’au niveau politique, les dirigeants devraient se mettre ensemble pour régler durablement la question sécuritaire dans la région :

“Présentement, il y a une équipe du mécanisme conjoint de vérification qui est sur le terrain à Rutshuru pour aller vérifier la situation réelle sur le terrain. C’est ça notre mission. L’espoir doit toujours demeurer ; ce n’est pas pour rien qu’on a mis en place ce genre de mécanisme pour résoudre ce genre de problème. Et vous vous souvenez qu’il y a eu tout récemment le sommet des Chefs d’Etats à Nairobi, c’était pour chercher des solutions pour éradiquer ce problème qui dure des décennies. Ça affecte non seulement la RDC, mais toute la région. Donc, il faut qu’au niveau stratégique, au niveau de nos chefs d’Etats, au niveau politique, qu’ils s’asseyent pour prendre à bras le corps cette situation pour essayer de mettre un terme car la population est vraiment affectée”, indique le dit Colonel dont les propos sont rapportés par la Radio Okapi.

Pour lui, “il faut que les gens négocient pour arriver à trouver une solution, à trouver un compromis pour arrêter avec tout ce que nous vivons et c’est la population qui paie le prix”.

Les différents experts qui prennent part aux travaux de cette table ronde mettent en avant l’éducation à la paix et la médiation comme moyens pour mettre fin aux conflits dans la région.

Pour eux, ceux qui refusent la médiation et le dialogue n’ont qu’une seule option : la violence.

Est il que la RDC a dejà apporté à cet organe de la CIRGL chargé du monitoring de la situation sécuritaire et humanitaire dans les 12 pays de la région des Grands lacs, plusieurs preuves de l’implication du Rwanda dans les récentes attaques du M23 contre les territoires de Rutshuru et de Nyiragongo.

Bishop Mfundu

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here