RDC : Indignation aux Kivu face à l’acquittement des éléments des FARDC accusés de viols à Minova.

0

Minova

Indulgence judiciare ou plutôt rigueur juridique? Difficile d’imaginer quoi deduire du verdict donné le lundi 05 mai par les juges de la cour de Goma dans le procés dit de Minova. Ce dernier opposait 190 femmes présumées victimes de viols et pillages à 39 officiers et sous-officiers du 391è bataillon des FARDC accusés d’avoir commis ces exactions pendant le replis à Minova (Sud Kivu) des troupes loyalistes face à l’avancée des rebelles du M23 sur Goma (Nord Kivu) en novembre 2012.

Les juges de la cour de Goma n’ont reconnu coupable de viol que 3 des 39 inculpés. Les 36 autres ont été acquittés de ce crime mais parmi eux, 22 sous-officiers ont été condamnés de 10 à 20 ans de prison pour “violation des consignes, pillages et dissipation de munitions”.

Les 13 officiers poursuivis pour manquement à leurs devoirs ont été acquittés car les juges ont estimés que leur incapacités en tant que commandant d’arrêter ou de signaler ces crimes n’était pas evidente d’autant plus que les faits ont pris place pendant que les forces loyalistes étaient en plein debâcle. Les juges ont en outre justifié leur décision par le fait que seules deux victimes ont été capable de détailler physiquement leurs agresseurs.

Les défenseurs des victimes ainsi que les sociétés civiles des deux Kivu n’ont pas caché leur consternation, indignation et déception face à ce verdict d’autant plus qu’une enquête des Nations-Unis avait établis prés de 135 cas de viols et 60 parmi les victimes s’étaient accordées à témoigner dans le procès.

Maître Zozo, porte-parole des avocats du collectif des victimes dit craindre que ces résultats ne decourage les autres victimes de ce crime hideux à dénoncer les éxactions. “Pour la cour, il n’y a pas eu de viols à Minova” s’est aussi plaint l’avocat.

Les 3 soldats reconnus coupable de viol sont : un lieutenant colonel (perpétuité pour viol), un sous-officier (perpétuité pour viol et meurtre) et un caporal (10 ans d’incarceration). Un dernier accusé n’a pas été jugé, la cour se déclarant incapable de le faire.

Erick Bukula

Voice Of Congo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here