RDC: Interpellation de François, retour précipité de Félix Tshisekedi, rumeurs d’arrestation des Généraux, coup d’État…Qu’est ce qui s’est réellement passé le samedi 05 à Kinshasa?

0

Alors que le pays venait de connaitre 48 heures
très difficiles avec l’incident de Matadi Kibala (25 morts) et l’attaque des rebelles CODECO (plus de 50 morts à Djugu en Ituri), la journée du samedi qui devait être celle de la passation de flambeau entre le Président sortant de l’UA, le Congolais Félix Tshisekedi, et l’entrant Macky Sall du Sénégal, au 35ème sommet de l’Union Africaine à Addis-Abeba en Ethiopie, Fatshi a dû regagner précipitamment Kinshasa dans la nuit du 05 au 06 février 2022.

Le dispositif sécuritaire a été renforcé dans les frontières d’entrée à Kinshasa et d’autres coins stratégiques de la capitale, entre autres la RTNC, le Palais de la Nation, le Beach Ngobila, l’Aéroport de N’Djili…

Or depuis le samedi matin, un tweet ”prémonitoire” de Kikaya Bin Karubi, ambassadeur itinérant de Joseph Kabila en exil, annonçait un probable coup d’État, dans la foulée de ceux observés en série en Afrique de l’Ouest.

“Coups d’État en cascade: Une nouvelle Afrique en gestation. Soutenus par le peuple, les jeunes officiers militaires prennent le pouvoir, mettant fin à l’hypocrisie et au mensonge des grandes puissances. La Rd. Congo ne fera pas exception,” a-t-il lâché dans ce tweet, avant de l’effacer peu après.

En début d’après-midi du samedi 5 février, le conseiller spécial en charge des questions sécuritaires a été interpellé dans les locaux de l’ANR.

Un fait qui n’est pas anodin, vu l’incontournabilité de cette personnalité dans le sphère du pouvoir de Kinshasa.

Son audition n’étant pas terminé, François Beya aura donc passé nuit dans les locaux de l’agence nationale des Renseignements.

“Nous avons rendu visite à M. François BEYA, Conseiller spécial du Chef de l’Etat, à l’ANR où il passe nuit. Son épouse, son frère et son médecin sont autorisés à lui rendre visite. Le Chef de l’ANR nous a promis que ses droits fondamentaux seront respectés”, a dit Georges Kapiamba de l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice, ACAJ, qui confirme cette information.

Les griefs portés à sa charge ne sont pas encore officiellement dévoilés.

Par ailleurs, des rumeurs faisant état d’arrestations des Généraux Mayanga et Jean Claude Yav se sont répandues comme un traînée de poudre, lesquelles ont tout de suite été démenties.

Le général Jean-Claude Yav est libre, « il a assisté ce samedi aux funérailles au cimetière Nécropole du fils d’un collègue général et n’a pas du tout été interpellé», s’est il confié à Top Congo FM.

Sur les griefs retenus contre François Beya*

Longtemps patron de la Direction générale de migration (DGM) sous Joseph Kabila, François Beya serait impliqué dans un grand nombre de dossiers politiques et sécuritaires, tout en étant en délicatesse avec d’autres piliers du premier cercle du président.

“En novembre dernier, il avait notamment été chargé de tirer au clair un litige minier qui opposait différents membres de l’entourage de Tshisekedi, dont l’ancien président de la Commission électorale nationale indépendante, Corneille Nangaa, et le conseiller privé de celui-ci, Fortunat Biselele, dont les rapports avec François Beya sont conflictuels. Sa gestion de ce dossier, très critiquée, a marqué le début de sa disgrâce,” peut on lire dans Jeune Afrique.

On apprend aussi que François Beya aurait été dépossédé de certaines de ses prérogatives au profit de l’administrateur général de l’ANR, Jean-Hervé Mbelu Biosha.

“Il n’a d’ailleurs même pas été associé à la nomination de ce dernier, en décembre 2021. Selon nos informations, le nouveau numéro un de l’agence a été chargé par Félix Tshisekedi d’accorder, ou non, les autorisations d’entrée ou de sortie du territoire aux jets privés,” peut on lire dans Jeune Afrique.

Cela a eu pour conséquence directe de retarder le voyage en Afrique du Sud de Joseph Kabila, qui n’a été autorisé à décoller que le 25 janvier, soit quatre jours après la formulation de sa demande auprès de l’ANR. Il n’est pas encore rentré à Kinshasa.

D’autres sources parlent du conflit entre les lubas et les luluas au sein du régime actuel dont François Beya (lulua) ne serait qu’une victime.

A-t-on frôlé un coup d’État? Seul l’avenir nous en dira plus.

Bishop Mfundu

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here