RDC: Le Conseil des barreaux européens demande l’implication de Félix Tshisekedi pour la libération de Me Justin Muhire

0

Exprimant son inquiétude au sujet de l’arrestation  qu’il juge injuste de Me Justin Muhire, avocat au barreau de Goma dans le Nord- Kivu, le Conseil des barreaux européens, (CCBE) demande au chef de l’Etat congolais, Felix Tshisekedi de s’impliquer pour sa liberation.

Le Conseil des barreaux européens s’est exprimé dans une lettre adressée à Felix Tshisekedi mercredi 12 octobre, rapporte la Radio Okapi.

L’Association congolaise des droits de l’homme, (ASADHO) qui dénonce aussi cette arrestation, interpelle le Parquet général près la Cour de cassation sur le dossier de ce défenseur des droits humains arrêté depuis le 5 octobre sur ordre du procureur général de Goma.

Me Justin Muhire avait été récusé pour partialité par cet avocat dans un dossier judiciaire.

L’affaire concerne une vente d’une concession des champs dans le Masisi(Nord-Kivu) et dont Me Justin Muhire assure la défense, depuis septembre.

Justin Muhire était en train d’assister son client quand il a reçu les menaces de la part du parquet de Goma, qui par la suite a ouvert une instruction à son encontre sans en donner de motif valable. A la suite de ce fait, l’avocat va saisir alors le parquet général près la Cour de Cassation à Kinshasa pour que cette affaire lui soit communiquée afin d’être traitée en toute impartialité.

Bien que dessaisi, après sa récusation, le procureur général de Goma fait arrêter l’avocat et le maintient en prison. L’affaire soulève un tollé de protestations chez les défenseurs des droits humains.

Le président de l’ASADHO monte le premier au créneau. Il alerte sur l’atteinte aux droits de la défense par la justice.

Selon le CCBE, le magistrat du parquet a des intérêts particuliers dans le dossier traité par Muhire.  Son arrestation est liée à son travail, insiste le CCBE.

Et c’est dans ce contexte que ce Conseil des barreaux européens attire l’attention de Félix Tshisekedi sur les principes de base de l’ONU relatifs au rôle du barreau et en particulier sur les principes 16 et 17 se rapportant aux garanties de l’exercice de la profession d’avocat et à la liberté d’expression.

Contacté par Radio Okapi, le Parquet général près la Cour de cassation a promis de prendre une décision à ce sujet.

Bishop Mfundu.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here