RDC: le député Ne Muanda Nsemi préconise une transition de trois ans

1

MWANDA NSEMI

Le député national élu Ne Muanda Nsemi a préconisé dimanche 16 août une transition de trois ans pour mieux préparer l’organisation des élections crédibles en RDC. Il s’exprimait lors d’un meeting à Matadi, dans le Kongo Central où il fut élu député pour la première fois en 2006.

«Quand on veut organiser les élections crédibles, c’est le recensement de la population. On n’a jamais recensé notre population et on ne se sait pas combien nous sommes. Comment voulez-vous qu’on organise des élections crédibles», s’est-il interrogé.

Ce recensement serait utile, d’après lui, pour établir un fichier électoral crédible. Ne Muanda Nsemi a par ailleurs estimé que les opérations de recensement et d’élaboration d’un fichier électoral ne peuvent être faites en un an.

«C’est pourquoi, je demande qu’on organise une petite transition de trois ans», a poursuivi le député de l’opposition.

Reçu en audience en juin dernier par le président Kabila qui consultait la classe politique en vue de l’organisation d’un dialogue avant les élections, Ne Muanda avait estimé que «les conditions pour [organiser] des élections crédibles n’étaient pas remplies dans notre pays».

«Nous voulons aller aux élections et nous ne sommes même pas prêts à présenter le fichier électoral à ceux qui en ont besoin. La suite c’est laquelle ? Ce que les élections sont une aventure et moi je ne suis pas prêt à m’engager dans une aventure», avait affirmé Ne Muanda Nsemi.

La RDC doit organiser entre 2015 et 2016 une série d’élections qui doivent culminer par la présidentielle et les législatives couplées prévues fin novembre 2016. La plupart des opposants congolais doutent de la faisabilité de ce calendrier et demandent le report des élections locales, urbaines et municipales.

Un article de Radio Okapi

1 COMMENT

  1. En vertu du principe de continuité de l’Etat il n’est pas question que sous le prétexte falacieux d’achever une oeuvre entamée que l’on puisse s’accrocher au pouvoir car le ou les successeurs pourront terminer le travail non achevé. Il est grand temps que nous Africains en genéral et Congolais en particulier comprenions le respect de l’alternance au pouvoir.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here