RDC: Le président du Sénat, Kengo wa Dondo ignore Mamadou Ndala

1

9cc9cd0e676f41531987bd2f50c5fb80_XL

(KINSHASA)-  Le président du sénat, Léon Kengo wa Dondo n’a pipé mot sur l’assassinat tragique du vaillant colonel Mamadou Ndala dans son discours d’ouverture de la session extraordinaire.

L’homme de la rigueur s’est limité uniquement à condamner les attaques des trois sites stratégiques de Kinshasa ainsi que celles de Lubumbashi et de Kindu. ‘‘ il est inacceptable qu’on utilise le recours à la force comme mode d’accession au pouvoir. Ainsi, Je condamne les attaques perpétrées simultanément à Kinshasa, Lubumbashi et Kindu’’, a-t-il dit. L’ancien premier ministre de Mobutu a oublié de condamner l’assassinat de Mamadou Ndala alors que l’ouverture de la session coïncidait avec les cérémonies funéraires de l’illustre disparu et des autres militaires ayant perdu la vie pour servir le drapeau au camp Kokolo non loin du palais du peuple où il prononçait son discours, a déploré un sénateur de l’opposition.

D’autres sénateurs de la Majorité ne se sont pas expliqués que le président de leur chambre ait oublié de rendre hommage à ce brillant garçon symbole de la victoire du peuple congolais sur le Rwanda et l’Ouganda. ‘‘Kengo a-t-il fait ça sciemment ou bien il se trouve dans une autre planète parce que partout au Congo, on ne parle que de Mamadou. Tous les medias tant nationaux qu’internationaux le cite à longueur des journées’’, s’est dit surpris un autre sénateur. Contrairement au sénat, l’assemblée nationale a rendu des hommages mérités à Mamadou Ndala et aux autres militaires tués lors des événements malheureux survenus le 30 décembre à Kinshasa, Lubumbashi et Kindu. Une minute de silence à été même observée et le président de la chambre basse du parlement, Aubin Minaku a rappelé que le colonel Mamadou doit servir d’exemple de bravoure à toute la jeunesse. D’habitude et surtout dans la pratique parlementaire, les discours d’ouverture de sessions ordinaires ou extraordinaires ramassent tous les points d’actualité. En ignorant d’épingler le cas Mamadou dans son discours, le président du sénat, Léon Kengo wa Dondo a craché sur la mémoire des résistants, a assuré Bedi Kalumba, un combattant de l’Udps.

 

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here