RDC : Les évêques demandent aux paroisses de sensibiliser les chrétiens contre la modification de l’article 220.

1

Eveques

par Erick Bukula

 

“Nous réaffirmons ainsi notre opposition à toute modification de l’article 220, article verrouillé de notre constitution…” Lit-on dans la déclaration des évêques de la Cenco en visite au Vatican.

(Rome)- A deux ans seulement de la fin du mandat du Président Kabila et face à la perspective d’une prolongation du règne du “Raïs” congolais, de plus en plus de voix s’élèvent pour opposer une quelconque modification de la loi du pays qui régit le mandat présidentiel à savoir, l’article 220 de la Constitution.

Après le président du Sénat Léon Kengo, ce sont les évêques de l’Église Catholique membres de la CENCO(Conférence Episcopale Nationale du Congo) qui ont haussé le ton et mis en garde contre toute modification de cet article verrouillé de la loi suprême du Grand Congo.

Dans un communiqué daté du 14 septembre dernier et publié le mardi dernier, les évêques ont réaffirmé leur opposition à toute modification de l’article 220.

“C’est pourquoi, nous réitérons notre message… qui n’est plus un secret pour personne, concernant la révision constitutionnelle. Nous réaffirmons ainsi notre opposition à toute modification de l’article 220, article verrouillé de notre constitution” ont déclaré les prêtres catholiques.

Tout en admettant que toute constitution est modifiable, les clergés ont voulu rappeler que c’est justement pour échapper à toute modification que l’Article 220 a particulièrement été verrouillé.

Pour l’info, cet article qui fait dorénavant couler beaucoup d’encre et salive en RDC stipule que : “La forme républicaine de l’Etat, le principe du suffrage universel, la forme représentative du Gouvernement, le nombre et la durée des mandats du Président de la République, l’indépendance du pouvoir judiciaire, le pluralisme politique et syndical ne peuvent faire l’objet d’aucune révision constitutionnelle.”

Ainsi, pour les evêques congolais l’avenir heureux de leur pays réside incontestablement dans le respect de sa Constitution qui est la loi fondamentale et le socle de cette jeune démocratie et l’article 220 particulièrement pose les bases de la stabilité du pays et l’équilibre des pouvoirs dans les Institutions. Modifier cet article reviendrait à compromettre gravement l’avenir harmonieux de cette nation qui a connu des guerres et tribulations pendant près d’une décennie.

Pendant que ce message n’est pas le premier du genre de la part de la Cenco(un message similaire avait été lancé en juin dernier), il est différent en ce que les auteurs l’ont fait accompagner de directives pratiques que devront exécuter les curés et catéchistes des toutes les paroisses du pays; Ces derniers devront lire à l’intention des fidèles le message “Protégeons notre Nation”. Celui-ci est une déclaration à caractère patriotique publiée par la Cenco à l’occasion de sa 51ème Assemblée tenue en début du mois de juillet dernier.

Les instructeurs des paroisses devront aussi faire usage des rassemblements comme le CEV(Communautés ecclésiales vivantes), les Mouvements d’Action catholique, et les groupes à charisme propre pour sensibiliser les masses à s’engager “à protéger la Nation contre toute tentative de modification de l’article”.

Avec des telles instructions, l’Eglise Catholique se lance dans ce qui parait être une sensibilisation des masses à la manière vécue aux débuts des années quatre-vingt dix, seulement que cette fois là la cible était le régime du dictateur Mobutu.

C’est ainsi que les évêques ne se sont pas arrêtés là; ils ont aussi annoncé la suspension de leur participation au Comité d’Intégrité et de Médiation électorale(CIME), une commission d’observateurs électorales réunissant en son sein les leaders de toutes les confessions religieuses.

Les archevêques et évêques congolais ont lancé ce message très retentissant au cours d’une visite dans la Ville éternelle(Vatican) d’où, en communion avec le Saint Père ils ont “confier l’avenir de la RDC au Christ”.

Un article de The Voice Of Congo

1 COMMENT

  1. Oyo ezali pas ya bien de la part des homes de DIEU, mais est ce que bo preparer après kabila, ekozala pasi soki chemin ezali bien tracer te. Mais to zana confiance epayi na bino, les vrais homes de DIEU, mission na bino na mokili oyo ezali ya ko sunga peuple congolais po ete nzambe azali na mawa mingi ya komona bana na ye na souffrance ya boye’. Donc to tiki makambo nyoso na maboko na bina ba sali ya nzambe.
    Kasi mutu wana Leon Kengo Wa Dondo (LKWD), azui mbongo na tango ya mobutu, azo zua mbongo tango ya Kabila, kasi atongi Equateur te, sikoyo, mbongo na ye azo tonga wapi? Donc azo tonga na Rwanda? Na mbala oyo prison ya makala ezo zela ye, to lembi ba politiciens egoistes.
    Bo yebisa H. Ngbanda, ba congolais baza mitema mabe’ te, biso to limbisi mabe’ na ye, azonga na Congo, kasi na mbala oyo, aya na expertisme na ye, experience na ye, mayele’ na ye, atia yango pona reconstruction ya congo, po biso bana ya congo to lembi, to lingi to reconstruire ba coins nyoso, na ba domaines nyoso ya mboka na biso Congo.
    Mende & co, ba sabotter serveur ya congo mokili, mais eloko bazo bosana que mission na bango ya ko detruire ba congolais, kala mingi te ezo sila; Donc kabila & co = CPI.

Leave a Reply to lili makaku Cancel reply

Please enter your comment!
Please enter your name here