RDC: “les hydrocarbures génèrent 10% du budget national chaque année”, soit 500 millions de dollars” (Didier Budimbu, Ministre des Hydrocarbures)

0

Invité de l’ÉDITION SPÉCIALE sur TOP CONGO FM, Didier Budimbu, le ministre des Hydrocarbures, renseigne que les hydrocarbures en RDC génèrent 10% du budget national chaque année”, soit 500 millions de dollars.

Toute fois, il estime que ces chiffres sont moindres si on estime le potentiel énorme du pays car “le Congo n’exploite que 4,5% de son potentiel en hydrocarbures.”

Cependant, “si on arrive à produire au-delà de 4,5%, on pourra générer plus”, assure Didier Budimbu.

Il indique la politique qui a été mise en place par les régimes passés n’a pas permis que les hydrocarbures puissent prendre leur place afin que le Congo puisse en bénéficier.

” Je ne dis pas que ça été fait à dessein,” confie le ministre qui indique que s’il faut traduire ces chiffres pour le moins, méprisables en terme de barils, “on est à plus ou moins 24 000/jour (produit par) la Perenco et le Congo a moins de 12 000 dedans”, révèle Didier Budimbu.

Et de préciser que “c’est dans la convention de 1969”.

S’agissant du potentiel des hydrocarbures en RDC, Didier Budimbu rassure que la RDC dispose énormément des blocs pétroliers exploitables.

En effet, “nous avons énormément de blocs”, consent le Ministre des hydrocarbures.

Et celui-ci d’énumérer : en province de “l’Équateur, il existe les blocs 1et 2 qui ont un potentiel immense, au niveau de la frontière avec l’Ouganda, on a également un potentiel immense, pareil dans le Tanganyika où nous avons répertorié 16 blocs à fort potentiel et nous allons bientôt lancer des appels d’offres. Même au niveau du Kongo Central, le potentiel est encore là”, insiste-t-il. 

Et “rien qu’avec les 16 blocs qu’on va mettre en appel d’offres, le Congo va augmenter sa production”, promet Didier Budimbu. 

Toutefois, le Ministre se plaint du manque d’argent pour lancer des appels d’offres et élargir le cercle de producteurs.

“On se bat au niveau de l’Ecofin (économie et finances) pour avoir suffisamment de moyens afin de lancer des appels d’offres et élargir le cercle de producteurs”, confie le ministre.

Interrogé par Top Congo FM sur à quoi pourrait servir des appels d’offres, pour autant que le potentiel pétrolifère de la RDC n’est pas, à priori, ignoré des cadors ?

Didier Budimbu affirme que c’est pour promouvoir et valoriser nos blocs petroliers.  

“Nous devons être en mesure de dire que dans tel bloc, nous avons approximativement autant de barils. C’est ce qui va attirer les investisseurs, qui auront alors à faire leurs choix”, explique-t-il.

Il insiste pour que la RDC dispose d’une base des données qui sera mise à la disposition de tous les grands groupes qui vont repondre aux appels d’offres et en fonction duquel, les cahiers des charges seront établis.

“C’est à nous, au Congo qui est un pays indépendant et souverain de se doter d’une base des données à mettre à la disposition de tous ces grands groupes qui vont repondre aux appels d’offres et c’est en fonction de cela, que les cahiers des charges seront établis. Ceux-ci pourront, par la suite, être rachetés par par les entreprises intéressées. Tout cet argent ira dans les caisses de l’État”, a laissé entendre Didier Budimbu.

Bishop Mfundu

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here